" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

vendredi 31 janvier 2014

Janvier: quelques notes d'ornithologie bangotine... 3/3


Ci-dessus: à g., 2014 01 27 16h25, coucal du Sénégal - à d., 2014 01 26 15h20, huppe fasciée eurasienne
Jardin 'Chez Eddy & Fatou' / © Photos par Frédéric Bacuez
 

* Bango. Impasse Gustave Pelloux: 'Chez Eddy & Fatou'-

Quelques observations ornithologiques du mois de janvier 2014:
Voir aussi sur OrnithondarDécembre 2013, ICI; et Novembre 2013, LA

Vu:
  • Tourterelle maillée (streptopelia senegalensislaughing dove), cc glanant souvent au sol en fin de journée
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiensafrican mourning dove)
  • Touraco gris (crinifer piscatorwestern grey plantain-eater), rarement
  • Coucal du Sénégal (centropus senegalensisSenegal coucal), 2 ind. en cc régulièrement à l'abreuvoir (cf. photos en haut de notule à g. et ci-dessous, et voir ICI sur Ornithondar)
  • Huppe fasciée (upupa epops ssp. senegalensis et epopswest african hoppoe + european hoopoe, cf. photo en haut de notule à d.), cc et nourrissage au nid ! (notule à suivre sur Ornithondar)
  • Barbican à poitrine rouge (lybius dubius, bearded barbet), 1 ind. vient jeter un oeil à la loge occupée par le couple de huppes fasciées et s'en va [2014 01 20, 18h05]
  • Pic goertan (dendropicos goertaegrey woodpecker), toujours irrégulier sur les troncs de prosopis
  • Bergeronnette grise (motacilla albawhite wagtail), jusqu'à 3 ind. [de la ruelle à la cour...]
  • Bulbul commun (pycnonotus barbatus ssp. inornatuscommon bulbul), toujours omniprésents et volubiles - après les choucadors à longue queue, les plus rapides à vider la piscine-abreuvoir (cf. photos ci-dessous) !
  • Hypolaïs obscure (iduna opacawestern olivaceous warbler), 1 ind. de plus en plus discret au fur et à mesure qu'on avance dans la saison sèche (voir ICI sur Ornithondar)
  • Pouillot véloce (phylloscopus collybitacommon chiffchaff), ~2 ind. réguliers au bas de la haie dont un sujet assurément de la race nominale collybita-, tous deux un peu plus réguliers à l'abreuvoir qu'en décembre
  • Camaroptère à dos gris (camaroptera brachyura ssp. brevicaudatagrey-backed camaroptera)
  • Cratérope brun (turdoides plebejus ssp. platycircabrown babbler), 3 ind. réguliers (cf. photo ci-dessous et voir ICI sur Ornithondar)
  • Souïmanga à poitrine rouge (chalcomitra senegalensisscarlet-chested sunbird), dont mâle immature à l'abreuvoir (cf. photo ci-dessous)
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird), ind. internuptiaux
  • Gonolek de Barbarie (laniarius barbarusyellow-crowned gonolek), 1 ind. dévorant une piéride saisie par les serres sur la balançoire [2014 01 ] ou une larve de coléoptère [2014 01 6] (cf. photo ci-dessous) puis 2 ind. se partageant une sauterelle [2014 01 6]
  • Choucador à oreillons bleus (lamprotornis chalybaeus, greater blue-eared starling), 1 ind. régulier à l'abreuvoir et... près de la tortue sillonnée pour lui retirer quelque morceau de ses repas ! 2 ind. à l'abreuvoir [2014 01 17, cf. photo ci-dessous]
  • Choucador à longue queue (lamprotornis caudatuslong-tailed glossy starling), cc souvent au bain et, peut-être, en parade nuptiale [2014 01 18], venant frapper au bas de la baie vitrée du salon !
  • Moineau doré (passer luteusSudan golden sparrow), plusieurs mâles en plumage nuptial près de l'abreuvoir, avec les tisserins et les bulbuls
  • Moineau domestique (passer domesticus ssp. indicus, house sparrow), mâles et femelles
  • Moineau gris (passer griseus, northern grey-headed sparrow), 1 ind. à partir de la mi-janvier, au sol ou à l'abreuvoir ou au bain (cf. photos ci-dessous)
  • Tisserin gendarme (ploceus cucullatusvillage weaver), criards dans les arbres..., parfois au sol et à l'abreuvoir (cf. photo ci-dessous)
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalisblack-headed weaver), internuptiaux venant des rives du Lampsar
  • Tisserin minule (ploceus luteoluslittle weaver), internuptiaux
  • Amarante du Sénégal (lagonosticta senegalared-billed firefinch), cc - et mâle transportant des matériaux en offrande ! (cf. photos ci-dessous)
  • Capucin bec-d'argent (euodice cantansafrican silverbill), dont 1 ind. sur les fils téléphoniques + 1 ind. au bain [2014 01 17] avec les bulbuls et un moineau gris (cf. photos ci-dessous)
  • Combassou du Sénégal (vidua chalybeatavillage indigobird), 1 mâle toujours en tenue nuptiale, régulièrement à l'abreuvoir

2014 01 17 15h30, l'heure du bain pour les bulbuls des jardins !... / © Photo par Frédéric Bacuez

A l'abreuvoir... et à la baignade !

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
Coucals du Sénégal - Amarante du Sénégal, mâle en parade - Choucadors à oreillons bleus
Tisserin à tête noire, femelle - Capucin bec-d'argent et moineau gris partagent la baignoire - Capucin bec-d'argent au bain
Souïmanga à poitrine rouge, mâle immature - Bulbuls des jardins à la baignade - Amarante du Sénégal, mâle
Cratérope brun - Coucal à la chasse - Gonolek de Barbarie
/ © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour les agrandir -






* Alentour... Jardin d'Ibou et ciel bangotin...-

  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalusgreat white pelican), dont 8 ind. cerclant au-dessus du jardin [2014 01 28 à 11h45]
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vociferafrican fish eagle), cc passant au-dessus de l'impasse et du jardin, de temps à autre
  • Milan parasite (à bec jaune, milvus parasitus, yellow-billed kite)
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), 1 à 2 ind. (cf. photo en bas de notule)
  • Bergeronnette printanière (motacilla flava, yellow wagtail), 1+ ind. dans les salades ! + vols S>N du soir des ind. partant dormir dans la plaine de Biffeche
  • Travailleur à bec rouge (quelea queleared-billed quelea), au moins un vol passant de plusieurs dizaines d'ind. par-dessus l'impasse

AUTRES:
Agame variable (des colons, agama agama),  nombreux sur les murs d'enceinte des cours 

Ci-dessous: 2014 01 28 11h45, vanneau éperonné dans le 'jardin d'Ibou' / © Photo par Frédéric Bacuez

31, spécial 'secretives' dans la fraîcheur, le vent et la poussière !

2014 01 31 8h50 du matin quelque part dans les 'Trois-Marigots'... Outarde de Savile, mâle / Photo par Frédéric Bacuez

* Des Trois-Marigots (Khant nord; Ngalam à Thylla; Ndiataw; Guentou Goback) au sud-est du Ndiaël -


7h15-17h20-
En véhicule 4x4 et à pied. Avec le Rutland Osprey Project et J.J. de Gambiabirdguide.com/. JOUR 3/5.
Temps: rapidement dans les brumes de poussières terrigènes et les rafales d'harmattan au sol. Températures (tropicalement) fraîches, pas plus de 17° au matin.

OISEAUX / 75 espèces 'cochées', 1 sp. entendue
MAMMIFÈRES / 4 espèces 'cochées'

Espèces du jour: 
Outarde de Savile / Caille des blés / Courvite isabelle / Torcol fourmilier / Alouette chanteuse / Alouette calandrelle / Moinelette à front blanc / Cisticole du désert / Brubru africain /

Ci-contre: 2014 01 31 16h30 dans les dunes de la 'forêt de Ndiaye' / Photo par Frédéric Bacuez

Ornithondar ne dira jamais assez le vif intérêt que nous sommes quelques uns à témoigner pour la zone des Trois-Marigots et les brousses adjacentes au seuil du Ndiaël ! La variété des sites, la richesse des biotopes et la diversité des espèces en font, pour nous, le (vaste) site le plus intéressant du complexe Walo/Diéri sénégalais, aux portes de Saint-Louis (cf. photos en bas de notule). Il est vraiment dommage que l'aire communautaire n'intéresse guère les 'environnementalistes' et autres 'amoureux de la nature'... à l'exception des chasseurs. Jamais d'inventaire officiel - même le 15 janvier, journée mondiale de comptage des oiseaux d'eau, pas plus ici que sur le lac de Guier et autres spots deltaïques hormis le Djoudj et Gueumbeul, les deux plus petites entités protégées de la région et, quoiqu'en disent les slogans fantaisistes, pas plus représentatifs de la biodiversité deltaïque que les autres sites délaissés. Il est vrai qu'en ce qui concerne les Trois-Marigots et les zones amodiées qui font le lien avec le Ndiaël par le sud, quelques préalables s'imposent - outre celles d'avoir un véhicule ou... des pieds...:

- d'abord, il faut aimer les paysages sahéliens, ce qui n'est pas donné à tout le monde: à la fois âpres et doux, un jour jaunes et bleus, le lendemain gris et sable, le matin presque froids, dès onze heures sous le cagnard... Gens de la forêt, de la moiteur et de la pluie, passez votre chemin !
- il faut aimer divaguer, voire s'égarer, suivre son instinct (primitif, évidemment) et, au bout de l'errance excitante, s'en remettre à sa géolocalisation sur une tablette bien utile...
- il faut s'armer de patience et ne pas se décourager dès le premier cordon dunaire à franchir; la faune des mammifères y est ce que les Hommes ont bien voulu qu'elle devienne en ce début de siècle, inoffensive, rare, craintive, plutôt aurorale et crépusculaire; la gent ailée, elle, tente de s'adapter aux multiples contraintes: l'expansion humaine, bovine, ovine - le triptyque infernal...; la mise à nu de tout taillis, tout fourré, tout abri végétal par la furia caprine; la pétaudière saisonnière des Tartarins en goguette; et les coups de hache aux pieds des arbres, toute l'année... par des bras-cassés autochtones bientôt  ridiculisés par la petite entreprise du sieur Michaël (SCL) qui en lieu et place de ces parcs arborés inutiles renversés à grands coups de bulldozers fait je ne sais trop quels buternuts destinées au consommateur anglais - et du blé pour sa poche !
- il faut aimer les oiseaux, en l'occurrence les petits oiseaux, car si l'amateur escompte croiser une autruche ou un fauve, il lui faudra se satisfaire d'une outarde et d'un chat ganté, si la chance est au rendez-vous... Et ne jamais oublier que l'Afrique de l'ouest est depuis trente à quarante années déjà, au choix: un parc à boeufs (zone sahélienne); un champ d'arachides et de sorgho (zone soudanienne); une plantation de palmiers à huile et de cacao (zone guinéenne)... Il faudra bien en finir un jour avec les mythes, avant qu'il ne soit trop tard en effet pour 'préserver' ce qui reste de secondaire. Guère excitant pour la majorité de mes contemporains repus de sensationnalisme télévisuel...

Mimétiques et discrèt(e)s

Dans un vallon boisé entre deux cordons dunaires resserrés, à l'abri de la fraîcheur et de l'harmattan qui commence à brasser ses particules sableuses, une outarde de Savile (lophotis savileiVoir ICI sur Ornithondar) se tient immobile sous un tamarix (cf. photo ci-dessous à g.). C'est un mâle, qui profite du couvert herbeux pour se fondre dans le décor; à distance, et si l'outarde reste sans bouger près d'un arbre, le regard qui cherche en effet des otididés dans la brousse peinera à la différencier du paysage. Les dieux sont miséricordieux, ce matin: celle-ci est proche du chemin sablonneux que nous empruntons pour gravir la dune suivante. Elle ne fuit pas.

" The global population size has not been quantified. 
There is little information available about the Savile's bustard but (...) 
the population is suspected to be stable "

Un peu plus loin, et à plusieurs reprises, ce sont des cailles des blés (coturnix coturnix), autres oiseaux fameux pour leur plumage cryptique, qui  filent dans les herbes jaunes et basses. Les cailles, que les chasseurs européens et maghrébins ont massacré sans vergogne avant d'en faire des bêtes d'élevage libérées juste pour réjouir leur ball-trap saisonnier, ont pourtant l'art de disparaître sans même s'envoler - s'il n'y a pas de chien... Il y a quelques semaines, j'étais quelque part dans la zone en (bonne) compagnie d'Alix et Daniel Mignot, je descends de voiture après avoir repéré une caille en train de se faufiler sous le tapis herbacé (sic), à coté de la piste. J'avance à pas feutrés, convaincu de pouvoir photographier la petite chose camouflée à l'envol comme une catapulte: impossible de la débusquer et de la retrouver, la caille ventre à terre avait slalomé entre les brins d'herbes et pris la poudre d'escampette sans même décoller !

" Si le chant de la caille des blés - le "paie-tes-dettes" du paysan - 
retentissait jadis communément dans nos campagnes, 
il n'est plus aujourd'hui connu que des initiés. 
Elle est si discrète, se tenant toujours cachée dans les hautes herbes, 
qu'il faut vraiment un coup de chance pour l'apercevoir. (...) "


A midi au bord de la cuvette asséchée du Ndiaël, sur son coté oriental, John Wright nous fait comprendre par son attitude qu'il a 'quelque chose dans sa ligne de mire'... Chic ! Un torcol fourmilier (jynx torquilla) - seulement mon septième en six années de brousses deltaïques (Voir ICI sur Ornithondar), et le deuxième en compagnie de John et Paul (Voir ICI sur Ornithondar) ! L'oiseau mordoré est remonté dans un acacia tortilis, il escalade l'écorce en colimaçon vers la frondaison avant de disparaître vers l'arbre suivant.
Le torcol est la seule espèce de pics et apparentés du Paléarctique qui migre au long cours - bien que de petites populations passent l'hiver sur le pourtour méditerranéen. L'essentiel des effectifs stationne en zone sahélo-soudanienne où les hivernants se font très discrets. Il faut dire que le plumage cryptique de l'oiseau est encore plus indécelable sous nos latitudes africaines de saison sèche que dans son aire de nidification du Maghreb et d'Europe. Comme là-bas, cet étrange contorsionniste usera de tous les stratagèmes et de tous ses attributs physiologiques pour décontenancer les prédateurs (petits carnivores, rapaces) rencontrés, au sol quand il chasse les fourmis, sur les troncs quand il utilise sa langue rétractile comme celle d'un caméléon pour déloger les araignées et les larves de leurs anfractuosités. Face au danger, le torcol deviendra tout ébouriffé, doublant de volume, la tête hérissée d'une crête en bataille, le cou démesurément allongé et tordu - tord-col ! S'il le faut, le petit malin agitera sa longue langue hors du bec, accompagnée de sifflements comme le ferait un dangereux serpent ! Et ça fonctionne !

" Autrefois commun dans toute la France, 
le torcol fourmilier est en régression depuis le début du XXe siècle dans de nombreuses régions 
(Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Normandie...). 
En Rhône-Alpes, le torcol fait partie des dix espèces ayant le plus régressé depuis 20 ans, 
avec une disparition de certains secteurs de basse altitude. 
En Suisse voisine, le déclin est évalué à plus de 20% entre le milieu des années 1970 et les années 1990. "
- Biolovision
(ndlr., le torcol fourmilier est inscrit à la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées en France,
dans la catégorie NT/Near Threatened-Quasi Menacé)


Ci-dessous: 2014 01 31, Trois-Marigots et Ndiaël oriental:
à g., outarde de Savile, mâle - au centre, torcol fourmilier - à d., caille des blés / Photos par Frédéric Bacuez



Déserticoles et distant(e)s

Dans une steppe moins assujettie aux vents que la cuvette du Ndiaël, un savant dosage entre espaces nus et parcelles herbacées coiffées très court, une volée circulaire de deux cent cinquante alouettes calandrelles (calandrella brchydactyla) hivernantes et quelques alouettes chanteuses (mirafra cantillans ssp. chadensis) résidentes font tourner en bourrique les ornithologues dans les éléments virevoltants (cf. photos ci-dessous à g. et au centre)...  Dans cette ambiance sépia et au coeur de la nuée qui se joue des Hommes comme de l'harmattan, une alouette leucique (cf. photo ci-dessous au centre) resplendit de ses ailes immaculées.

" L'alouette calandrelle a fortement régressé en Europe au XXe siècle. 
L'espèce est souvent dérangée dans les champs par les activités agricoles 
et sur les plages et les dunes littorales par les activités liées au tourisme. "
(ndlr., l'alouette calandrelle, comme le torcol sus-cité, est inscrite à la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées en France,
dans la catégorie NT/Near Threatened-Quasi Menacé, 1000-5000 couples; et dans la catégorie VU/Vulnerable à l'échelle européenne)

La calandrelle est la seule alouette méditerranéenne qui franchit le Sahara pour hiverner au Sahel - si l'on excepte le sirli du désert (alaemon alaudipes), plus un erratique qu'un authentique hivernant (Voir ICI sur Ornithondar). Particulièrement grégaire et sociable en hiver, elle trouve dans les steppes sahéliennes, de l'Ethiopie au Sénégal, les conditions environnementales idéales pour un séjour qui va d'octobre à mars en moyenne. Notre delta accueille de forts contingents, en particulier dans la dépression du Ndiaël et environs-, essentiellement venus d'Espagne (2 500 000 couples, 85% de la population européenne), d'Algérie et du Maroc, les trois pays du Paléarctique occidental dans lesquels les effectifs de la calandrelle sont (encore) importants - bien qu'en déclin d'au moins 20% dans la péninsule ibérique entre 1970 et 1990.

Au zénith dans le Ndiaël oriental balayé par les bourrasques d'harmattan, nous tentons une première approche d'un couple de courvites isabelles (cursorius cursorVoir ICI sur Ornithondar), plus à l'aise que des Anglais - ou qu'un Gambien !- dans ce paysage aride et poussiéreux, un brin lunaire. Ces petits échassiers typiques et communs du désert sont ici en villégiature hivernale, même si certains courvites résident et nidifient sur les marges du fleuve Sénégal, du coté de Matam. Les courvites isabelles, l'une des attractions saisonnières du Ndiaël et des Trois-Marigots, sont ici des visiteurs venus des rivages septentrionaux du Sahara, c'est à dire du sud marocain et algérien. Plus tard, rebelote: nous 'coursons' un second duo de courvites dans une dépression asséchée au nord des 1er et 2e Marigots. L'approche est impossible, l'horizon trop dégagé; les coureurs du désert trottinent à bonne distance, sans hâte ni peur, effectuant leurs habituels arrêts, brefs et soudains, pour picorer le sol, pattes fléchies, avant que de repartir de bon train, toujours aussi loin des ornithologues à la traîne...  


Ci-dessous: 2014 01 31 dans les steppes entre les Trois-Marigots et le Ndiaël:
à g. et au centre, vols d'alouettes calandrelles - à d., courvites isabelles / Photos par Frédéric Bacuez




Vu:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican), 50+ ind. encore au repos, bien assoupis [Khant nord]
  • Pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican), ~10 ind. avec les pélicans blancs [Khant nord]
  • Cormoran africain (phalacrocorax africanus, long-tailed cormorant) [Ngalam à Thylla]
  • Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron)
  • Héron garde-bœuf (bubulcus ibis, cattle egret)
  • Aigrette des récifs (egretta gularis, western reef egret)
  • Aigrette garzette (egretta garzetta, little egret)
  • Grande aigrette (egretta alba, great egret)
  • Héron cendré (ardea cinerea, grey heron), ~1 ind. [Ngalam à Thylla]
  • Dendrocygne fauve (dendrocygna bicolor, fulvous whistling duck), assez nombreux au-dessus du Ngalam, dont un passage de 14 ind. [Thylla] 
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), dont un vol matinal de 26 ind. [Ngalam à Thylla]
  • Anserelle naine (nettapus auritus, african pygmy goose), 1 seul ind. visible - au petit matin, ça dort encore... [Ngalam à Thylla]
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 ind. volant avec trois busards des roseaux [Thylla]
  • Elanion blanc (elanus caeruleus, black-shouldered kite), 1 ind. en vol
  • Busard des roseaux (circus aeruginosus, western marsh harrier), 2 ind. [Khant nord] + 3 ind. volant avec un pygargue [Thylla]
  • Circaète Jean-Le-Blanc (circaetus gallicus, snake short-toed eagle), 1 ind. de forme classique avec collier, cerclant (14h+) [cordon dunaire de Guentou Goback]
  • Faucon crécerelle (falco tinnunculus ssp. tinnunculus, common kestrel), 2 ind. en tout
  • Francolin à double éperon (francolinus bicalcaratus, double-spurred francolin), 2 ind. [près de Thylla]
  • Caille des blés (coturnix coturnix, common quail), 5 ind. en tout (2 + 1 ind aux Trois-Marigots + 1 ind. en périphérie du Ndiaël + 1 ind. au nord du 2e Marigot ) (cf. photo ci-dessus à d.)
  • Râle à bec jaune (amaurornis flavirostra, black crake) [Thylla]
  • Gallinule poule d'eau (gallinula ochropus ssp., common moorhen) [Thylla]
  • Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis, african swamphen) [Thylla]
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, african jacana) [Thylla]
  • Outarde de Savile (lophotis savilei, Savile's bustard), 1 ind. mâle, immobile à l'ombre d'un tamarix senegalensis, mimétique (cf. photos ci-dessus à g. et en haut de notule) {VOIR aussi ICI sur Ornithondar}
  • Échasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt), 2 ind. [Khant nord]
  • Courvite isabelle (cursorius cursor, cream-coloured courser), 2  ind. adultes [est Ndiaël] + 2 ind. adultes (+ 1 ?) [au nord du 2e Marigot, cf. photo ci-dessus à d.]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing)
  • Barge à queue noire (limosa limosa, black-tailed godwit)
  • Bécasseau minute (calidris minuta, little stint)
  • Combattant varié (philomachus pugnax, ruff)
  • Chevalier gambette (tringa totanus, common redshank)
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper)
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), 3 ind. [Khant nord]
  • Sterne caspienne (sterna caspia, caspian tern)
  • Ganga à ventre brun/châtain (pterocles exustus, chestnut-bellied sandgrouse), 2 ind. [steppe]
  • Tourterelle masquée (oena capensis, Namaqua dove)
  • Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove)
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove)
  • Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, Senegal coucal), 2 ind. frigorifiés au matin [digue de Thylla] + 1 ind.
  • Martin-chasseur strié (halcyon chelicuti, striped kingfisher), 1 ind. [près d'un hameau sur un cordon dunaire]
  • Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher)
  • Guêpier de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater), 22 à ~40 ind. dans le ciel de Thylla (réveil du clan)
  • Coliou huppé (à nuque bleue, urocolius macrourus, blue-naped mousebird), 4 ind. [Ndiataw] + ici et là par petits groupes
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 1+ [dépression herbeuse du Ndiaël]
  • Calao à bec rouge (tockus kempi, western red-billed hornbill)
  • Torcol fourmilier (jynx torquilla, eurasian wryneck), 1 ind. [est Ndiaël] (cf. ci-dessus au centre)
  • Alouette chanteuse (mirafra cantillans ssp. chadensis, singing bush lark), quelques ind. en steppe, plutôt solitaires
  • Alouette calandrelle (calandrella brachydactyla/rubiginosa, greater short-toed lark), plusieurs groupes - dont une volée de ~255 ind. avec un ind. leucique (cf. photos ci-dessus à g. et au centre) + 2 ind. [au nord du 2e Marigot]
  • Cochevis huppé (galerida cristata, crested lark)
  • Moinelette à oreillons blanc (eremopterix leucotis, chestnut-backed sparrow lark), ici et là par paire ou en petits groupes
  • Moinelette à front blanc (eremopterix nigriceps, black-crowned sparrow lark) ~15 ind. sur une piste sablonneuse, mâles et femelles [cordon dunaire des Trois-Marigots]
  • Hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin), matinales au-dessus du Ngalam [de Thylla], malgré ou à cause de la fraîcheur...
  • Hirondelle rustique (hirunda rustica, barn swallow), quelques ind. chassant sur les cordons dunaires (avec des hirondelles de rivage) ou en steppe
  • Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail)
  • Bergeronnette flavéole (motacilla flava, yellow wagtail)
  • Bergeronnette printanière (motacilla flava, yellow wagtail)
  • Bergeronnette ibérique (motacilla iberiae, spanish wagtail)
  • Traquet motteux (oenanthe oenanthe, northern wheatear)
  • Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus, sedge warbler), assez nombreux ind. sur le Ngalam [à Thylla]
  • Pouillot de Bonelli (phylloscopus bonelli, Bonelli's warbler), 1 ind. (vu sur une photo...)
  • Fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler), dont 1 ind. mâle observé [Guentou Goback]
  • Cisticole des joncs (cisticola juncidis, zitting cisticola), 1+ ind. [steppe]
  • Cisticole du désert (cisticola aridulus, desert cisticola), ~3 ind. [steppe et nord du 2e Marigot]
  • Prinia modeste (prinia subflava, tawny-flanked prinia), 1 ind. [steppe]
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius senator, woodchat shrike)
  • Brubru africain (bru-bru, nilaus afer, brubru), 1 + 1 ind., chanteurs [cordons dunaires boisés de Guentou Goback et nord du 2e Marigot]
  • Choucador à oreillons bleus (lamprotornis chalybaeus, greater blue-eared glossy starling)
  • Choucador à ventre roux (lamprotornis pulcher, chestnut-bellied starling)
  • Moineau doré (passer luteus, Sudan golden sparrow)
  • Alecto à bec blanc (bubalornis albirostris, white-billed buffalo weaver), dont 14+ ind. immatures avec les envols de mange-mil [cordon dunaire de Guentou Goback] + nombreux nids coloniaux [mare saisonnière, à sec]
  • Tisserin (masqué) vitellin (ploceus vitellinus, vitelline masked weaver)
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalis, black-headed weaver)
  • Travailleur à bec rouge (quelea quelea, red-billed quelea), dont un vol de 65+ ind. et surtout deux groupes de plusieurs centaines d'ind. chaque et un autre de plusieurs milliers d'ind.
  • Capucin bec-d'argent (euodice cantans, african silverbill), au moins trois groupes de 10+ ind. chaque [cordon dunaire de Ndiaye]
  • Amadine cou-coupé (amadina fasciata, cut-throat finch), 4 ind. [steppe]

Entendu: Pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker), 1 ind. à proximité du torcol / Tourterelle masquée (oena capensis) /

AUTRES:
  • Phacochère commun (phacochoerus africanus, common warthog), 1 ind. [tamarix du N'Guisset] + 1 et 2 ind. + 3 ind [ tous dans les Trois-Marigots]
  • Patas 'singe rouge' (erythrocebus patas, patas monkey), 2 ind. [Khant coté GDS] + ~20 ind. [bas-fond à sec] + deux groupes de ~10+ et 5+ ind.
  • Écureuil terrestre du Sénégal (xerus erythropusstriped ground squirrel), 3+ ind.
  • Lièvre à oreilles de lapin (de Crawshay, lepus saxatilisCrawshay's hare), 1 ind. [zone de Ndiataw]

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.: 2014 01 31 entre Trois-Marigots et Ndiaël...
Les cordons dunaires de la forêt de Ndiaye - Brume d'harmattan sur les Trois-Marigots - Nids d'alectos au bord d'un bas-fond à sec - Dépression du Ndiaël oriental 
/ Photos par Frédéric Bacuez


jeudi 30 janvier 2014

30, les monstres du loch Gainthe (PNOD)...

L'heure du bain au marais de Gainthe... Phacochère sculptural à la dent droite brisée... 
2014 01 30 15h35 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Du Djeuss au parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD), zone de Gainthe et tannes de Khar-


7h20-19h45-
En véhicule 4X4 et à pied. Avec le Rutland Osprey Project et J.J. de Gambiabirdguide.com/. JOUR 2/5 (suite).
Temps: 21-27°, vent 24 km/h NE (harmattan), peu nuageux. Sables en suspension dans les steppes du Grand Lac et de Gainthe.

Ci-contre: 2014 01 30 17h45, notre dream team dans la steppe de Gainthe, devant l'aile d'un pélican... volatilisé... 
© Photo par Frédéric Bacuez


APRÈS-MIDI (Zone de Gainthe: 12h45/18h05)-
Trois ans après... A nouveau de longues heures nonchalantes mais attentives, à couvert du bosquet qui ceinture le marais de Gainthe, pour pique-niquer et observer la vie lacustre. C'est un endroit magique, loin du bruit et de la fureur du nichoir des pélicans, en arrière du site, dont on devine l'entassement des gros bébés bruns et l'agitation ailée alentour, loin aussi des grands espaces ventés du Gorom et de la multitude aveuglante du Grand Lac... Ici, il faut patienter avant que la faune ne se montre, et daigne dévoiler quelques uns de ses secrets aux Hommes précautionneux.

Ci-contre: 2014 01 30, le marais de Gainthe (PNOD) / © Photo par Frédéric Bacuez


Jurassik park...

Outre sa myriade de pouillots (phylloscopus sp.) et de phragmites des joncs (acrocephalus schoenobaenus) - en ce qui concerne les petits locataires saisonniers du site-, le marais de Gainthe est le reposoir diurne de centaines de bihoreaux gris (nycticorax nycticrax) - probablement un millier d'individus, adultes et immatures, la plupart des hivernants du Paléarctique (cf. photo ci-après à g.)... Les amateurs de bêtes de foire trouveront à Gainthe leur bonheur, s'ils savent patienter et chercher un peu: le marécage abrite peut-être les plus gros phacochères communs (phacochoerus africanus) du delta sénégalais ! Avec leur longue chevelure rousse, leurs dents tellement extraverties que l'une d'elles finit tôt ou tard par être brisée - bientôt ensevelie par les sables des environs si elle n'a pas été avalée par la boue du marécage...-, ils sont facilement une dizaine à passer de longues heures tranquilles au beau milieu de l'étang, retournant les amas végétaux, les herbes et les nympheas à l'aide de leur groin et surtout de leurs défenses comme des excavateurs, toujours suivis par quelques jacanas qui profitent du chambardement aquatique. Mêmes gabarits hors norme pour les crocodiles du Nil (crocodylus niloticus) qui fréquentent régulièrement le site, malheureusement pas vus aujourd'hui ! Et quand les uns et les autres se côtoient sur la berge du marais, on a l'impression que les proportions ont changé ! Jurassik park à l'échelle d'un petit marais d'un tout petit parc national... Ah oui, les pythons de Seba (python sebae), moins faciles à voir ici qu'à l'embarcadère du Djoudj, et les immanquables varans du Nil (varanus niloticus, cf. photos ci-après) juchés dans les arbres ne sont pas en reste pour leur taille...


Ci-dessus: deux des sept phacos dans le marais de Gainthe comme une bauge !
2014 01 30  14h40 / © Photo par Frédéric Bacuez
















Faute de gazelles et d'outardes arabes...

Gainthe est un peu le coeur du parc national du Djoudj - PNOD, 16 000 hectares seulement, bien gangrenés dès qu'on s'éloigne des hauts-lieux du tourisme Fram, c'est à dire de l'embarcadère pour tous les pélicans.... C'est probablement en pensant à ces visiteurs-là que les autorités compétentes n'ont pas trouvé mieux que de planter à l'entrée de la piste de Gainthe, que ni les uns ni les autres ne suivent, un panneau fléché 'zone des singes rouges'* (sic):  pour sûr qu'on se déplace spécialement au Djoudj et vers Gainthe pour apercevoir du patas, le mammifère le plus fréquent au Sénégal ! C'est dans ce périmètre comme un écrin sécurisé par les marais de Gainthe, d'un coté, et les dépressions du Khar, de l'autre, que des gazelles dorcas (gazella dorcas) et des gazelles à front roux (gazella rufifrons) avaient été introduites, à l'époque, avec l'aide et l'appui des "partenaires" espagnols pour on ne sait trop quelle pertinence scientifique mais sans doute dans l'espoir d'attirer le badaud qui se lasse vite des seuls oiseaux, des suidés et autres primates que l'on peut voir partout... hors de ladite réserve. Comme les outardes arabes (ardeotis arabs ssp. stieberi) qui y ont perdu toutes ou prou leurs plumes, les gazelles sont devenues autrement plus fantomatiques que les bovins qui déambulent jusqu'ici, probablement les seuls mammifères en expansion dans le "3e parc ornithologique mondial" (ah bon ? 'Faut voyager un peu, et se documenter, messieurs...) !

* Sans oublier cette autre pancarte, hautement fantaisiste, fichée au beau milieu du marais et indiquant qu'ici c'est le 'lac de Gainth' (re sic)... J'attends impatiemment depuis des années que cette plaisanterie très Magritte finisse sous l'eau, aspirée par la vase...

L'avantage du vrai naturaliste, c'est qu'à défaut de gazelles et d'outardes, il trouve toujours son bonheur... même dans un sanctuaire aussi folklorique que le Djoudj (notule à venir): des plumes, des traces, des crottes, des coquillages... La petite promenade à pied dans la steppe et les broussailles n'apporteront rien de nouveau, rien d'extra-ordinaire aux cinq paires d'yeux qui en ont vu d'autres: le balbuzard pêcheur (pandion haliaetus) bagué d'Allemagne qui va s'installer à la cime d'un arbuste avec un protoptère déchiqueté dans les serres ne se laissera pas approcher (cf. photo ci-dessous à d.); quelques grues couronnées noires (balearica pavonina ssp. pavonina) se rassemblent pour le gagnage du soir; et un agrobate roux (cercotrichas galactotes ssp. minor) sans doute de la race subsaharienne chante à tue-tête, de branche en branche (cf. photo ci-dessous au centre)...


Ci-dessus: 
2014 01 30 dans le périmètre de Gainthe (PNOD)...
à g., bihoreaux gris au reposoir, marais de Gainthe - au centre, agrobate menu chanteur - à d., balbuzard pêcheur transportant les restes d'un protoptère déchiqueté 
© Photos par Frédéric Bacuez


OISEAUX / 80 espèces 'cochées' - dont 55 sp. à Gainthe et alentours, 1 sp. entendue
MAMMIFÈRES / 3 espèces 'cochées'
REPTILES / 1 espèce 'cochée'

Vu:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalusgreat white pelican), quelques ind. passant par-dessus le marais [de Gainthe] + centaines d'ind. volant en tout sens au loin, du coté du nichoir du Djoudj - que l'on devine, avec ses milliers de poussins bruns, énormes... Et une aile au sol (cf. photo ci-dessus), dans la steppe [de Gainthe] !
  • Pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican), quelques ind. en vol de fin d'après-midi [steppes et brousses de Gainthe]
  • Cormoran africain (phalacrocorax africanus, long-tailed cormorant)
  • Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax carbo lucidus, white-breasted cormorant), 1 ind. au reposoir avec 7+ anhingas roux [marais de Gainthe]
  • Anhinga roux d'Afrique (anhinga rufa, african darter), 15+ ind. au repos, perchés, et 1 ind. nageant immergé - seuls le cou et la tête dépassent comme un périscope [marais de Gainthe]
  • Bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron), des dizaines voire des centaines d'ind., essentiellement des adultes et quelques immatures au repos diurne dans les gonakiers du pourtour boisé du marais [de Gainthe] (cf. photo ci-dessus à g.)
  • Aigrette garzette (egretta garzetta, little egret)
  • Grande aigrette (egretta alba, great egret), dont 2 ind. en plumage internuptial [Gainthe]
  • Héron cendré (ardea cinereagrey heron), au moins 2 ind. dans le marais [de Gainthe]
  • Héron pourpré (ardea purpureapurple heron), au moins 2 ind. [marais de Gainthe]
  • Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron), quelques ind. sur le pourtour du marais [de Gainthe]
  • Cigogne noire (ciconia nigra, black stork), 1 ind. cerclant au-dessus du marais [de Gainthe]
  • Tantale ibis (mycteria ibis, plegadis falcinellus), 1 ind. adulte [marais de Gainthe]
  • Ibis falcinelle (plegadis falcinellusglossy ibis), ~35 ind. à l'envol + 2 ind. sur la berge du marais [de Gainthe]
  • Spatule blanche (platalea leucorodiaeurasian spoonbill), passantes
  • Oie-armée de Gambie (plectropterus gambensis, spur-winged goose), 8 ind. en vol passant [Gainthe]
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetusosprey- dont un sujet (bagué a priori d'Allemagne) avec un un protoptère déchiqueté dans les serres (cf. photo ci-dessus à d.)
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 + 2 ind. (et 2 ind. perchés sur un arbre mort, au soir [près du mirador du Tantale], en compagnie de choucadors à oreillons bleus)
  • Busard des roseaux (circus aeruginosus, western marsh harrier), 2 à 3 ind. passant en inspectant le marais [de Gainthe] + 2 ind. en vol [près du mirador du Tantale]
  • Busard cendré (circus pygargusMontagu's harrier), 1 mâle ad. passant dans la steppe [de Gainthe]
  • Gallinule poule d'eau (gallinula ochropus, common moorhen), quelques ind. [Gainthe]
  • Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis, african swamphen), quelques ind. [Gainthe]
  • Grue couronnée noire (balearica pavonina ssp. pavoninawestern african black-crowned crane), 25+ ind. se rassemblant peu à peu avec la fin d'après-midi dans la steppe [de Gainthe]
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, african jacana), dont 1 ad. et 3 immatures suivant un énorme phacochère occupé à retourner les herbiers immergés [marais de Gainthe]
  • Échasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), quelques ind. [marais de Gainthe]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosusspur-winged lapwing)
  • Barge à queue noire (limosa limosa, black-tailed godwit), 14 ind. en vol au-dessus de la steppe [de Gainthe]
  • Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), 1 ind. [marais de Gainthe]
  • Ganga à ventre brun/châtain (pterocles exustus, chestnut-bellied sandgrouse), 28 + 9 ind. dans la steppe sablonneuse [de Gainthe]
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove)
  • Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher), au moins 1 ind. [marais de Gainthe]
  • Guêpier nain (merops pusillus, little bee-eater)
  • Guêpier de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater), quelques ind. en lisière de la ripisylve [de Gainthe]
  • Coliou huppé (à nuque bleue, urocolius macrourusblue-naped mousebird), quelques familles dans les brousses de Gainthe
  • Calao à bec rouge (tockus kempi, western red-billed hornbill)
  • Cochevis huppé (galerida cristatacrested lark)
  • Moinelette à oreillons blancs (eremopterix leucotischestnut-backed sparrow lark)
  • Hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin), des milliers d'ind. au couchant 
  • Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail), notamment aux alentours de la maison forestière [Gainthe]
  • Bergeronnette printanière (motacilla flavayellow wagtail)
  • Bergeronnette ibérique (motacilla iberiae, spanish wagtail), surtout sur les végétaux flottants du marais [de Gainthe]
  • Traquet motteux (oenanthe oenanthe, northern wheatear)
  • Agrobate menu (cercotrichas -galactotes- ssp./sp. minor, african rufous scrub robin), 1 ind. chanteur [brousses de Gainthe] (cf. photo ci-dessus au centre)
  • Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus, sedge warbler), comme les pouillots, sur le pourtour du marais [de Gainthe]
  • Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), toujours aussi nombreux sur le pourtour boisé du marais [de Gainthe]
  • Pouillot ibérique (phylloscopus ibericus, iberian chiffchaff), ~2 ind. [marais de Gainthe]
  • Fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler)
  • Crombec sitelle (sylvietta brachyura, northern crombec), 1 ind. [bosquet de Gainthe]
  • Cisticole des joncs (cisticola juncidis, zitting cisticola), 2 à 3 ind.  [brousses de Gainthe]
  • Cisticole du désert (cisticola aridulus, desert cisticola), 1 ind. [brousses de Gainthe]
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius senator, woodchat shrike), 1 ind. [steppe]
  • Choucador à oreillons bleus (lamprotornis chalybaeus, greater-eared glossy starling), dont une vingtaine d'ind. sur un arbre mort, en compagnie d'un couple de pygargues vocifères [près du mirador du Tantale]
  • Moineau doré (passer luteus, Sudan golden sparrow), petites bandes dans la steppe [de Gainthe]
  • Travailleur à bec rouge (quelea quelea, red-billed quelea), idem
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalis, black-headed weaver) [marais de Gainthe]
Entendu: Camaroptère à dos gris (camaroptera  brachyura ssp. brevicaudata, grey-backed camaroptera) /


AUTRES:

  • Patas 'singe rouge' (erythrocebus pataspatas monkey), 5+ ind. [entre mirador du Tantale et Gainthe] + ~10 ind. [alentours de Gainthe] dont certains en compagnie des grues couronnées au gagnage
  • Phacochère commun (phacochoerus africanus, common warthog), 7 à 9 ind. énormes, d'authentiques bêtes monstrueuses dans le marais ! (cf. photos ci-dessus et dessous) + 2 + 1 + 1 ind. réveillé et levé de sa couche [steppe de Gainthe] + 3 + 2 ind. [entre Gainthe et mirador du Tantale]

Ci-dessus: 
un autre phacochère au bain, marais de Gainthe (PNOD) 
2014 01 30 16h / © Photo par Frédéric Bacuez

Ci-dessous: 
varans (du Nil) de l'ouest africain au marais de Gainthe (PNOD)
2014 01 30 © Photos par Frédéric Bacuez

  • Varan de l'ouest africain (varanus niloticus, west african Nile monitor, ornate monitorcf. photos ci-dessus), 2 ind. dont un sujet à la queue coupée mais cicatrisée, assoupis mais vigilants sur des branches hautes des arbres riverains + 1 ind. adulte le long du mur de la maison (abandonnée) des gardes forestiers + 1 ind. immature nageant (et un ad. fuyant un peu plus tard dans l'eau)


* Digue, tannes du Khar et du Poste de Commandement-

Tannes: 12h15/12h40 et 18h10/18h30-

  • Héron cendré (ardea cinereagrey heron), dont 1 ind. sur les tannes [du PC]
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetusosprey), 1 ind. non bagué perché avec un protoptère dans les serres, sur les branches basses d'un tamarix senegalensis mort [tannes du Khar] (cf. photo ci-dessous)
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduatawhite-faced whistling duck), quelques centaines au repos diurne sur les tannes [du PC]
  • Canard souchet (anas clypeatanorthern shoveler), 160+ ind. sur les tannes [du Khar] + quelques ind. sur celles [du PC]
  • Sarcelle d'été (anas querquedulagarganey), plusieurs ind., mâles et femelles, parmi les canards souchets [tannes du Khar]
  • Tantale ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork), 1 ind.
  • Spatule blanche (platalea leucorodiaeurasian spoonbill), quelques ind.
  • Flamant rose (phoenicopterus roseus, greater flamingo), 1 ind. solitaire (idem 02 1) au milieu des dendros [tannes du PC]
  • Échasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), quelques ind.
  • Avocette élégante (avosetta recurvirostrapied avocet), dont un groupe de ~90 ind. [tannes du Khar]
  • Gravelot à collier interrompu (charadrius alexandrinus, kentish plover), au moins 1 ind., photographié au bord des tannes [du Khar]
  • Chevalier arlequin (tringa erythropus, spotted redshank), 1 ind. [tannes du Khar]
  • Bécasseau minute (calidris minutalittle stint)
  • Bécasseau de Temminck (calidris temminckii, Temminck's stint), 1 ind. solitaire en bord de tanne [du Khar]
  • Barge à queue noire (limosa limosablack-tailed godwit), quelques ind. [tannes du Khar]
  • Sterne caspienne (sterna caspiacaspian tern), 9+ ind. au repos au bord des tannes [du Khar]
  • Mouette rieuse (larus ridibundus, black-headed gull), 1 ind. au repos en bord de tanne [du Khar]
  • Guifette moustac (chlidonias hybridawhiskered tern), quelques ind. au repos en bord de tanne [du Khar]
  • Sterne naine (sterna albifrons, little tern), 1 ind. [tannes du Khar]

AUTRES:

  • Patas 'singe rouge' (erythrocebus pataspatas monkey), quelques ind. en fuite (à 18h20)
  • Phacochère commun (phacochoerus africanuscommon warthog), 2 ind.

  •  Tannes du Khar: balbuzard pêcheur et sa proie, au crépuscule
    2014 01 30 18h15 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Djeuss [Bango/PNOD par Ross-Bethio et PNOD/Bango par le Djeuss et Taba Treiche]-

7h20/9h et 18h30/19h45-

  • Anhinga roux d'Afrique (anhinga rufa, african darter), 2 ind. en vol [Pont Gendarme]
  • Héron garde-boeuf (bubulcus ibis, cattle egret), ~60 ind. en vol N>S [Ngallele]
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), au crépuscule 1 ind. perché sur un pylône pour la nuit [Djeuss]
  • Busard des roseaux (circus aeruginosus, western marsh harrier), 1 ind. en vol [Djeuss]
  • Busard cendré (circus pygargus, Montagu's harrier), 1 ind. femelle adulte + 1 ind. [Djeuss]
  • Faucon crécerelle (falco tinnunculus ssp. tinnunculus, common kestrel), 1 ind. poursuit longuement un petit oiseau indéterminé [Djeuss]
  • Gravelot pâtre (charadrius pecuarius, Kittlitz's plover), au moins 1 ind. [Djeuss]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing)
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis, Senegal thick-knee), 10+ ind. dans la nuit tombée
  • Grue couronnée noire (balearica pavonina ssp. pavonina, western african black-crowned crane), 7 ind. en vol au loin [Djeuss]
  • Rhynchée peinte (rostratula benghalensis, greater painted-snipe), 1 ind. femelle [Ndigué]
  • Sterne hansel (gelochelidon nilotica, gull-billed tern), 1 ind. [Djeuss]
  • Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis, african swamphen), au moins 1 ind. [Ndigué]
  • Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher), 3+ ind. [région de Ross-Bethio]
  • Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, Senegal coucal)
  • Engoulevent à longue queue (caprimulgus climacurus, long-tailed nightjar), 11 ind. levés en tout sur les pistes du retour vers Bango
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 2 ind. sur un pylône
  • Coliou huppé (à nuque bleue, urocolius macrourusblue-naped mousebird), 3 ind. [Djeuss]
  • Cisticole roussâtre (cisticola galactotes ssp. amphilectus, winding cisticola), 1 ind. [digue de Ndigué]
  • Corbeau pie (corvus albus, pied crow), 1 + 2 ind. [Ngallele]
  • Choucador à longue queue (lamprotonis caudatus, long-tailed glossy starling), 3 ind. [Ndiaye]

AUTRES:
  • Phacochère commun (phacochoerus africanuscommon warthog), 1 ind. en bonne compagnie des vaches [Rawète] + 5 ind. au crépuscule [Djeuss]
  • Chacal doré (canis aureus, common golden jackal), 1 ind. au petit matin, à pas de loup dans la zone des grands chambardements agro-industriels... [Djeuss, cf. photo ci-dessous]

Ci-dessous: 
Canis lupus lupaster... à pas de loup 'doré' dans la zone des grands chambardements agro-industriels du Djeuss... 
2014 01 30 8h20 du matin / © Photo par Frédéric Bacuez

Nombre total de pages vues