" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

mercredi 6 février 2013

6, un héron pâle du Banc d'Arguin !

 L'envol d'un héron pâle au bord du bolong de Khaïgga 
2013 02 5, 12h30 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Djeuss saumâtre. Bolong de Khaïgga et mangrove de Thiolet -

MIDI-
- Premier contact: au bord du bolong de Khaïgga sous le soleil, se tient un héron trop blanchâtre pour être un habituel héron cendré: il s'agit en fait d'un héron pâle - mais je ne m'en aperçois pas tout de suite, me contentant de photographier l'ardéidé que je trouve seulement plus élégant que ses congénères (cf. photo ci-dessus) !... Très vite l'échassier prend son envol (cf. photo ci-dessous), sans pousser le râle caractéristique de son cousin cendré, et s'éloigne vers la baie du Djeuss dans laquelle se jette le cours d'eau.
- Second contact: près des vannes du Djeuss, je photographie les évolutions imprudentes d'un jeune balbuzard pêcheur (pandion haliaetus) au milieu des sternes caugeks (thalasseus sandvicensis) et des grands cormorans à poitrine blanche (phalacrocorax lucidus); tous sont excités par les poissons hameçonnés que leur lancent les enfants désœuvrés de Bango. Je regarde aussi du coté des blocs de palétuviers rouges qui bordent le Djeuss saumâtre, qui furent durant quatre années mon horizon quotidien... Trois pélicans gris (pelecanus rufescens) barbotent dans l'eau et quelques aigrettes (egretta sp.) sont immobiles sur les vasières dégagées par la marée basse (cf. photo en bas de notule à g.). Le héron pâle est encore là, très digne, impavide (cf. photo en bas de notule à d.).

 Sur les bords du bolong de Khaïgga, un héron pâle
2013 02 5, 12h30 / © Photo par Frédéric Bacuez

Nota: le héron pâle (ardea cinerea ssp. monicae, pale heron) est une sous-espèce du héron cendré (ardea cinerea, grey heron) - mais que certains décrivent comme une espèce à part entière, à l'aire de distribution très locale puisqu'on ne le trouve que sur le célèbre Banc d'Arguin: de 1000 à 2400 reproducteurs selon Isenmann (2006), sur un ou deux sites du parc national mauritanien, et qui n'en bougeraient guère. Seuls les juvéniles et autres immatures non nicheurs hivernent régulièrement au sud du Banc d'Arguin: connus du bas-delta du fleuve Sénégal depuis longtemps, avec quelques observations annuelles autour de Saint-Louis, il sont rarissimes ailleurs bien qu'en 2009 deux mentions du sud chérifien ont été validées par la Commission d'Homologation Marocaine (CHM; février-mai 2009, en baie de Dakhla et, surtout, sur la lagune de Knifiss).

Ci-dessous:
à g., pélican gris et héron cendré devant les mangroves de Thiolet, sur le Djeuss saumâtre - à d., héron pâle et grande aigrette sur les vasières de la baie de Khaïgga, devant les palétuviers rouges de Thiolet 
2013 02 6 midi à Bango / © Photos par Frédéric Bacuez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues