" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mercredi 28 septembre 2011

28, locustelle tachetée et pouillot véloce à l'abreuvoir

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

MIDI-
Quelques jours après le retour  dans le jardin d'1 hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler), vocale mais furtive, c'est 1 premier pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff)  qui sautille de branche en branche - et 'frémit' typiquement des ailes et de la queue -, dans le flamboyant.


Peu après midi, le pouillot (re)découvre l'abreuvoir installé sur un poteau sous les branches basses d'un baobab: la baignade est tentante et le petit oiseau y trempe timidement les plumes, encore prudent. Soudain dans les jumelles, sur le rebord de l'abreuvoir et juste à coté du pouillot, 1 locustelle tachetée (locustella naevia, grasshopper warbler, cf. ci-contre) fait une apparition inattendue de quelques minutes, le temps de s'abreuver avec l'autre passereau migrant. A peine plus grande que le pouillot, cette locustelle dans sa position classique, comme tapie, a exceptionnellement le cou et le haut de la poitrine très marqués de stries, comme un bavoir.
Je suis aux anges: il y a des mois que je n'avais identifié une nouvelle espèce dans le bas-delta sénégalais, d'autant que les locustelles (ici en hiver les locustella naevia et locustella luscinioides) sont particulièrement difficiles à observer dans leur milieu, les prairies touffues au bord des marais. Dans les herbiers du Lampsar d'eau douce, je n'avais aperçu que des locustelles luscinioïdes (locustella luscinioides, Savi's warbler), bien plus furtives que les gorgebleues à miroir (luscinia svecica) et les rousserolles effarvattes (acrocephalus scirpaceus).

Au même abreuvoir et sur les branches du baobab: des bulbuls des jardins (pycnonotus barbatus, common bulbul), et un couple de capucins bec-d'argent (euodice cantans, african silverbill) avec 1 juvénile encore à la becquée.

Sur la berge inondée par la seconde crue du mois: 6 bulbuls des jardins (pycnonotus barbatus) et autant de moineaux domestiques (passer domesticus, house sparrow) chassent les insectes qui fuient l'inondation. Le chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper) continue sa collecte d'insectes sur le tapis de tiges mortes de massettes rapportées par la crue dans les herbes du rivage. Les varans du Nil (varanus niloticus, Nile monitor) se mettent au sec là où ils peuvent.

mardi 27 septembre 2011

23-27, les gobemouches noirs en transit, par dizaines

Ci-dessus: 2011 09 27 fin d'aprem', un gobemouche noir comme des dizaines de ses congénères en plumage de mue internuptiale fait halte dans le bas-delta
avant de poursuivre sa migration postnuptiale vers l'Afrique forestière
/ Photo par Rozenn Le Roux pour 
Ornithondar

* Plaine alluviale entre Lampsar et fleuve Sénégal. Digue n°1 -

Avec Rozenn Le Roux. A pied.

Ci-contre: la piste-digue entre marais et mangroves et ses deux rangées arbustives, perchoirs des gobemouches noirs
/ Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar


Nota:
dans le bas-delta du fleuve Sénégal, c'est lors des migrations postnuptiales des oiseaux du paléarctique qu'on aura grande chance d'observer l'hyperactif gobemouche noir, lors de sa brève halte au sortir du Sahara. Si Morel estimait que les passages aller et retour du remuant insectivore étaient peu visibles dans le nord du Sénégal, c'est probablement que le fameux ornithologue de Richard-Toll n'était pas sur le terrain au juste moment ! Car sa visibilité est particulièrement évidente fin septembre, précisément autour du 25 du mois, probable pic de son passage chez nous ! Dans la plaine alluviale entre Lampsar et fleuve Sénégal, ce sont des dizaines de ces passereaux qui font halte pendant quelques heures (au maximum deux jours ?) pour reprendre des forces avant de poursuivre leur route, pour beaucoup de la taïga aux forêts équatoriales ! Aux environs de Bango, on les verra chasser les insectes ailés tout au long des pistes-digues boisées d'acacias et de tamarix senegalensis; ce 27 septembre, sur 600 m de digue j'en ai compté une douzaine d'individus ! Entre le 23 et le 29 septembre, cette année, j'ai pu en voir progresser d'arbre en arbre, un peu partout entre Bango et Saint-Louis, gobant ici puis là  tout ce que la mousson permet d'éclore ! La plupart ont déjà leur plumage internuptial bien que certains mâles - gardant la petite tâche blanche au front que n'ont pas les femelles, plus ternes- ont encore le bas du dos et la queue encore noirâtre.


Ci-dessous: 2011 09 27 soir. Gobemouches noirs en plumage de mue internuptiale / Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

27, le piqueboeuf buphage, bientôt en voie de disparition !?


Ci-dessus et dessous: des piqueboeufs buphages à bec jaune 'déparasitent' les vaches / Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Plaine alluviale entre Lampsar et fleuve Sénégal. Digue n°1 -

Cet inséparable des grands mammifères, sauvages et domestiques, est représenté en Afrique par deux espèces: le piqueboeuf buphage à bec jaune (buphagus africanus, yellow-billed oxpecker) est celle que l'on rencontre en Afrique occidentale, en savanes soudano-sahéliennes du sud mauritanien et du Sénégal au Tchad. A condition qu'il y ait des troupeaux d'ongulés dont sa survie dépend intégralement: équipé de serres similaires à celles d'un pic, le piqueboeuf buphage escalade les flancs et la croupe des ruminants pour se nourrir des parasites qui y pullulent: mouches, taons, mais surtout tiques sont délogés derrière les oreilles, à l'aine, au niveau de la queue, sur le dos. Les plaies sont même nettoyées par nos buphages qui ont un faible pour le sang, ça tombe bien !
Mais le buphage est doublement menacé. Partout on voit ses effectifs diminuer, inexorablement. Pourtant personne ne leur veut directement du mal: pas mangés, pas chassés ! Dans notre région comme partout en Afrique, l'éradication des grands troupeaux d'antilopes, des girafes et autres buffles sauvages avaient déjà compliqué l'existence des buphages. Une première alerte vite compensée par l'explosion démographique du cheptel bovin - malgré les hécatombes consécutives aux grandes sécheresses de 1973 et 1984-, qui avait permis aux déparasitants ailés de maintenir leurs populations, notamment dans les régions d'élevage du Sahel (Ferlo du Sénégal, Gourma du Mali, Dallols du Niger). Depuis une quinzaine d'années cependant, comme en Afrique orientale, comme en Inde, l'usage des produits vétérinaires s'intensifiant (anti-inflammatoires, déparasitants), le cheptel bovin a souvent perdu jusqu'à 90% de sa 'petite vermine' qui faisait le bonheur des buphages - et, dans une moindre mesure, des hérons garde-boeufs (bubulcus ibis, cattle egret). Faute de nourriture, les piqueboeufs se reproduisent moins, et peu à peu les groupes périclitent et disparaissent. On ne peut rien contre le progrès... et le lobbying pharmaceutique.

27, le Lampsar 'doux' n'a pas débordé dans son marais


Ci-dessus: 2011 09 27 soir, un héron strié s'envole du marais herbeux, Lampsar 'doux' / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Marais 'doux' du Lampsar. Digue n°1 -

Fin APREM', 17h-18h40-
Avec Rozenn Le Roux. A pied.
Temps: ciel bleu, léger vent avec quelques entrées maritimes à partir de 18h15.

Ci-contre: 2011 09 27, le marais est en herbes mais pas sous l'eau  !
/ Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

OISEAUX / 30 espèces vues, 2 entendues

SAURIENS / 1 espèce vue
POISSONS / 1 espèce vue
GASTEROPODES / 2 espèces vues
ODONATES / 2 espèces vues


Vu:
Héron cendré (ardea cinerea, grey heron) / Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron) / Héron gardeboeuf (bubulcus ibis, cattle egret) / Aigrette garzette (egretta garzetta, little egret) / Grande aigrette (egretta alba, great egret) / Héron strié (butorides striata, green-backed heron, cf. photo d'un adulte en vol ci-dessus) / Oie-armée de Gambie (plectropterus gambensis, spur-winged goose), 1 en vol [S>N] / Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 / Balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), 2 / Milan parasite (à bec jaune, milvus migrans ssp. parasitus, yellow-billed kite) / Râle à bec jaune (amaurornis flavirostra, black crake), 2 / Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper) / Chevalier aboyeur (tringa nebularia, common greenshank) / Sterne hansel (gelochelidon nilotica, gull-billed tern) / Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove) / Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove) / Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, Senegal coucal), 2 / Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata, malachite kingfisher), 1 / Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher, cf. photo d'un mâle ci-après) / Guêpier nain (merops pusillus, little bee-eater) / Guêpier de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater) / Cochevis huppé (galerida cristata, crested lark) / Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail), 1 en vol / Bergeronnette printanière (motacilla flava, yellow wagtail) / Rougequeue à front blanc (phoenicurus phoenicurus, common redstart), 2 / Prinia modeste / Gobemouche noir (ficedula hypoleuca, pied flycatcher), 12+ (cf. notule suivante: http://ornithondar.blogspot.com/2011/09/23-27-les-gobemouches-noirs-en-transit.html) / Piqueboeuf (buphage) à bec jaune (buphagus africanus, yellow-billed oxpecker), 4 sur croupe et flancs de vaches (cf. notule annexe: http://ornithondar.blogspot.com/2011/09/27-le-piqueboeuf-buphage-bientot-en.html) / Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. melanocephalus, black headed weaver) / Capucin bec-d'argent (euodice cantans, african silverbill), 2 en couple, au sol ! [piste-digue] /
Entendu: oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis) / Cisticole roussâtre (cisticola galactotes)

Ci-dessous: 2011 09 27, alcyon pie mâle adulte, à l'affût au dessus des eaux d'une vanne entre bolong et marais
/ Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar


Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 2  (cf. photo ci-après) /
Périophtalme atlantique (dit sauteur de vase atlantique, periophtalmus atlanticus), nombreux juvéniles /
Crabe violoniste / Crabe de palétuvier /
Brachythémis à ailes barrées /

Ci-dessous: 2011 09 27, varan du Nil / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar 

27, les enfants, de grands destructeurs devant l'Eternel...


Ci-dessus: 2011 09 27 soir, digue bangotine: en attendant la rentrée scolaire, les garçons écument le marais...
/ Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Entre Lampsar et fleuve Sénégal. Digue bangotine -

SOIR-
A quelques dizaines de mètres de l'étang où nous avons relâché une péloméduse (cf. notule précédente: http://ornithondar.blogspot.com/2011/09/27-une-pelomeduse-roussatre-remise-en.html), Rozenn Le Roux et moi tombons sur un groupe de jeunes garçons qui surgit des mangroves 'blanches' sous les eaux, coté ouest de la piste-digue. Enduits de vase grise et tout heureux de s'exhiber ainsi devant nous, les adolescents nous disent qu'ils pêchent: avec leurs sacs de riz, ils s'allongent dans l'eau boueuse et raclent les fonds de leurs bras ouverts comme des épuisettes en quête de  poissons-chats. Ces jeunes bangotins s'amusent beaucoup et la présence de deux toubabs - et d'un appareil photo- ne fait que renforcer leur excitation juvénile. Heureusement, les garnements ne nous avaient pas vu avec notre tortue aquatique...

Ci-contre: "les Bidochon" du marais bangotin...
/ Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

Nota:

27, une péloméduse roussâtre remise en liberté

Ci-dessus: 2011 09 27 soir, remise d'une péloméduse roussâtre dans le marais / Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Marais du Lampsar 'doux' -

Fin APREM'-
1 péloméduse roussâtre (péluse rousse, pelomedusa/pelusia subrufa ssp. olivacea, Sahel helmeted turtle), tortue semi-aquatique largement répandue en Afrique soudano-sahélienne du Sénégal à l'Erythrée a été attrapée dans les filets d'un pêcheur d'eau douce et remise à l'ami Eddy qui m'en a confié la destinée ! Avec la journaliste Rozenn Le Roux, dans le cadre de notre sortie spécialement dédiée aux gobemouches noirs (cf. notule: http://ornithondar.blogspot.com/2011/09/23-27-les-gobemouches-noirs-en-transit.html), je transporte la tortue d'une vingtaine de centimètres - dans un bol plastique de talibé recouvert d'un sachet de boutique - vers sa délivrance... dans le marais d'où elle a été arrachée. Le petit chélonien tourne en rond dans le récipient, puis remue fortement des pattes arrière avant de se 'soulager' dans mes doigts quand je l'extirpe de sa prison...! Au bord d'un idéal marais à nympheas cerné d'une dense végétation de tamarix senegalensis, nous posons sur la vase la péluse qui cherche immédiatement le couvert végétal; nous l'aidons à trouver le chemin de l'eau dans laquelle elle s'immerge bientôt, sous les feuilles de nénuphars, libérant des rafales de bulles de remerciements ! Bonne chance.

Voir: http://www.lerefugedestortues.fr/publications/Cheloniens_15_12-25.pdf

27, un varan juvénile sous la dent du chat


Ci-dessus: 2011 09 27, tout jeune varan mort / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

dimanche 25 septembre 2011

24-25, in extremis, le regain inespéré de la mousson


Ci-dessus: 2011 09 23, passage nuageux furtif sur la plaine marécageuse / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango et nord du Sénégal -


Pluies:

Bango, cumul de trois pluies: 32,7 mm dont 7,6 mm le 24 09 (13h45-14h20) + 23,9 mm le 24 09 (16h55-18h et 18h30-23h15) + 1,2 mm le 25 09 (10h20-10h50).

Nota: regain surprise des flux de mousson sur le bas-delta du fleuve Sénégal. Après trois semaines de mousson peu active et de poussives remontées d'humidité... sans pluie, le ciel a ouvert ses vannes - trois fois en moins de ving-quatre heures, dont une averse diurne digne... des tropiques, enfin, drue et violente, brève, trop brève.
Hélas, impossible de vous dire ce qu'il en est de la pluviométrie ailleurs que dans le jardin de Keur Lampsar ! Comme le reste d'un pays à vau-l'eau, naviguant à vue et dans le rêve éveillé, la météorologie nationale n'a pas tenu la durée de sa saison pluvieuse - trois mois; comme l'électricité, ou l'eau du robinet, ou le réseau internet, nos vaillants météorologues sont depuis trois jours aux abonnés absents sur leur site web*. A bout de souffle, sans doute, après une saison là aussi particulièrement poussive: l'actualisation des relevés pluviométriques avait lieu en moyenne une à deux fois par semaine, à des heures pittoresques: souvent le lundi, histoire d'accorder à l'agriculteur (ben voyons !) les seuls cumuls pluviométriques, sans le détail journalier desdites pluies. Trois mois sur douze à scruter quelques averses, c'est trop demandé aux préposés du ciel local, qui préfèrent inonder leur site, entre autres flagorneries - même là !, des discours du ministre machin et du directeur bidule de la météorologie à la sénégalaise. Et même le compte-rendu de vieilles Journées de reflexion - si si...

Additif: retour miraculeux de la page web de la météo nationale, ce 26 septembre - avec des relevés pluviométriques datés du 22 septembre...

vendredi 23 septembre 2011

23, plaine alluviale: un premier balbuzard pour l'hiver


Ci-dessus: 2011 09 23 midi, un balbuzard pêcheur adulte cercle au-dessus de la ripisylve à gonakiers: un des tout premiers hivernants dans la plaine alluviale ! Un sujet malheureusement non bagué... / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Plaine alluviale du fleuve Sénégal -


MIDI-

23, les périophtalmes émergent

Ci-dessus: 2011 09 23 midi, des périophtalmes adultes surveillent à distance leur progéniture... / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Plaine alluviale du fleuve Sénégal -

23, premiers arrivants d'hiver dans dans une plaine alluviale chichement arrosée

2011 09 23, 9h40 du matin. Lagon saisonnier dans la plaine alluviale du fleuve Sénégal en fin d'hivernage / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Plaine alluviale entre Lampsar et fleuve Sénégal. Digues n°1 et n°2 -

7h00-14h15. A pied. Avec Rozenn Le Roux.
Temps: moite et chaud, atténué par quelques vents forts poussant deux passages nuageux libérant deux bruines insignifiantes...

Ci-contre: 2011 09 23 10h25, coup de vent sur la ripisylve à gonakiers / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

OISEAUX / 66 espèces 'cochées', 2 sp. entendues
MAMMIFÈRES / 2 espèces 'cochées'
REPTILES / 2 espèces vues
POISSONS / 1 espèce vue
GASTÉROPODES / 3 espèces vues
ARACHNIDES / 1 espèce vue


Vu:
  • Cormoran africain (phalacrocorax carbo, long-tailed cormorant), 2 à 3 ind. en vols solitaires + 5 ind. perchés dans plaine inondée (dont 2 adultes et 2 juvéniles) / 
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican), vol cerclant de ~70 ind. au loin [coté mauritanien du fleuve Sénégal] /
  • Héron cendré (ardea cinerea, grey heron), effectifs en augmentation saisonnière / 
  • Héron pourpré (ardea purpurea, purple heron), toujours fréquent dont 6 ind. au total à l'envol des jeunes massettes inondées [plaine alluviale du fleuve] / 
  • Bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron), 1 ind. + 1 juvénile, en vol / 
  • Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron), assez nombreux ind. / 
  • Héron gardeboeuf (bubulcus ibis, cattle egret) / 
  • Aigrette des récifs (egretta gularis, western reef egret) / 
  • Aigrette garzette (egretta garzetta, little egret), en augmentation saisonnière / 
  • Grande aigrette (egretta alba, great egret), nombreuses / 
  • Héron strié, en nombre saisonnier (mousson) (butorides striata, green-backed heron), nombreux ind. / 
  • Tantale ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork), 3 ind. / 
  • Spatule d'Afrique (platalea alba, african spoonbill), quelques bandes à forte proportion de juvéniles/immatures, dont groupes de: 20 ind. suivis de 3 autres  - dont un ind. à patte cassée (cf. notule)- + 10 + 14 en vol + 11 et 1 ind. arrivant dans la plaine inondable /

2010 09 23 11h30, l'envol du héron pourpré au-dessus d'un cormoran africain
/ Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), quasiment pas, c'est de saison ! / 
  • Oie-armée de Gambie (plectropterus gambensis, spur-winged goose), trois troupes dans la plaine au gagnage, dont groupes de: ~10 +  18 ind. /
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 ind. [des quatre espèces de rapaces cerclant ensemble dans les ascendants, au-dessus de la ripsylve, à 11h45, cf. suivants] / 
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), 3 ind. dont 1 adulte hivernant arrivé depuis peu pour l'hiver ! (cf. notule et photo) et 1 juvénile faisant le 'saint-esprit' pour pêcher au-dessus des marais à jeunes massettes / 
  • Milan parasite (à bec jaune, milvus migrans ssp. parasitus, yellow-billed kite), 1 + 2 ind.  / 
  • Faucon crécerelle (falco tinnunculus, common kestrel), 1 premier hivernant /
  • Francolin à double éperon (francolinus bicalcaratus, double-spurred francolin), 1 + 2 ind. / 
  • Râle à bec jaune (amaurornis flavirostra, black crake), 1 ind. / 
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis, Senegal thick-knee), plusieurs dont un groupe de 6 ind. / 
  • Echasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt), plusieurs ind. / 
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing) / 
  • Vanneau du Sénégal (vanellus senegallus, african wattled lapwing) , 2 ind. en vol /
  • Grand gravelot (charadrius hiaticula, common ringed plover), 1 + 1  ind. / 
  • Courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel), assez nombreux / 
  • Courlis cendré (numenius arquata, eurasian curlew), 1 ind. à l'envol bruyant / 
  • Bécasseau de Temminck (calidris temminckii, Temminck's stint), 1 ind. / 
  • Bécasseau maubèche (calidris canutus, red knot), 4 ind. en halte migratoire
  • Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), pas encore au maximum de sa fréquence / 
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), le limicole le plus abondant / 
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), pas encore au maximum de sa fréquence / 
  • Combattant varié (philomachus pugnax, ruff), une troupe de 25-30 ind. migrateurs à l'arrivée / 
  • Chevalier gambette (tringa totanus, common redshank), quelques ind. / 
  • Chevalier aboyeur (tringa nebularia, common greenshank), encore très peu (alors qu'il sera bientôt le plus abondant, avec le chevalier sylvain) /
  • Sterne hansel (gelochelidon nilotica, gull-billed tern), 5- ind.  / 
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guinea, speckled pigeon), très peu (?) / 
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove), très peu - vu 3 ind. en vol ensemble / 
  • Tourterelle masquée (oena capensis, namaqua dove), plusieurs chantantes, dont 1 mâle vu de près / 
  • Tourtelette d'Abyssinie (à bec noir, turtur abyssinicus, black-billed wood dove), 2 ind. ensemble, en vol / 
  • Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, Senegal coucal), 1 seul ind. / 
  • Engoulevent à longue queue (caprimulgus climacurus, long-tailed nightjar), 2 ind. / 
  • Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata, malachite kingfisher), 3 ind. / 
  • Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher), quelques / 
  • Guêpier nain (merops pusillus, little bee-eater) / 
  • Guêpier à gorge blanche (merops albicollis, white-throated bee-eater), 1 + 8 ind. dont juvéniles / 
  • Guêpier de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater) / 
  • Pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker), 1 femelle  / 
  • Cochevis huppé (galerida cristata, crested lark) / 
  • Hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin), premières arrivées, d'abord 1 ind. seul puis plusieurs chassant au-dessus des herbes de la plaine du fleuve Sénégal, avec quelques hirondelles juvéniles estivantes (adultes pas encore de passage N>S) / 
  • Hirondelle rustique (hirundo rustica, barn swallow), 5- ind., toutes juvéniles estivantes /
  • Bergeronnette printanière (motacilla flava ssp. flava, yellow wagtail), premières arrivées dans les herbes de la plaine alluviale (coté fleuve) et deux à trois groupes en migration postnuptiale N>S: essentiellement de la sous-espèce flava (très claires), avec une majorité écrasante d'oiseaux de 1er hiver / 
  • Rougequeue à front blanc (phoenicurus phoenicurus, common redstart), 3 ind. / 
  • Rousserolle africaine (acrocephalus baeticatus, african reed warbler), 1 ind. / 
  • Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), 1 ind. - à 11h30, le premier hivernant de l'automne ! / 
  • Crombec sitelle (sylvietta brachyura, northern crombec), 1 ind. / 
  • Prinia modeste (prinia subflava, tawny-flanked prinia) / 
  • Cisticole des joncs (cisticola juncidis, zitting cisticola), peu vue, 1 ind. chantant dans le ciel / 
  • Gobemouche noir (ficedula hypoleuca, pied flycatcher), assez nombreux ind. en stationnement migratoire dans les arbustes des digues; pas encore au maximum de leur effectif passant: présence massive visible uniquement pendant quelques jours dans la dernière quinzaine de septembre /
  • Corbeau pie (corvus albus, pied crow), 2 ind. dont un avec un petit rongeur (?) dans le bec  / 
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. melanocephalus, black-headed weaver), innombrables... comme d'habitude, toujours en plumage nuptial; et même nourrissage de certains nids / 
  • Euplecte franciscain (euplectes franciscanus, northern red bishop), nombreux ind., plus que d'habitude; certains mâles nuptiaux ont déjà les plumes qui se décolorent, le rouge virant déjà peu à peu au rose / 
  • Euplecte vorabé (euplectes afer, yellow-crowned bishop), très nombreux ind. par rapport aux précédentes moussons: en bandes, avec mâles au milieu de leurs harems - dont une bande de ~40 femelles, 10 mâles non reproducteurs et 5 mâles en plumage nuptial (cf. photo) / 
  • Bengali zébré (sporaeginthus subflavus, zebra waxbill), en petites bandes d'~5 à 6 ind. chacune /  
  • Fauvette sp. (des jardins ? sylvia borin, garden warbler), 1 ind., furtivement.
Entendu:
Cisticole roussâtre (cisticola galactotes, winding cisticola) / Tchagra à tête noire (tchagra senegalus, black-crowned tchagra), 1 chanteur / Pic goertan, 2 ind. / Guêpier à gorge blanche

Ci-dessous à d.:  2011 09 23 9h, rougequeue à front blanc - peut-être un mâle juvénile de 1er hiver ?
Ci-dessous à g.: 2011 09 23, guêpier nain et gonakier en fleurs (acacia nilotica)
/ Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar


 AUTRES/
  1. Rat roussard du Nil (arvicanthis niloticus, african unstriped grass rat), 1 ind. / 
  2. Mangouste ichneumon (herpestes ichneumon, egyptian/ichneumon mongoose), 1 ind. en maraude (cf. photo ci-dessous): en saison chaude, rare de la voir à cette heure - 10h du matin !
Ci-dessus: 2011 0 23 10h du matin, une mangouste ichneumon en maraude / Photo par ozenn Le Roux pour Ornithondar

Traces: 'labours' de phacochère / cosses d'acacia goûtées par les patas (dortoir), tombées au sol.

  1. Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 3 ind. (+ empreintes de griffes dans la vase au sortir du marigot des périophtalmes et de nombreuses traces de queues...) / 
  2. Acanthodactyle rugueux de Bosc, 2 ind. [sur tronc et dans branchages au sol en ripisylve] /
  3. Périophtalme atlantique (periophtalmus atlanticus), un couple avec 7 juvéniles de toutes tailles (cf. notule) [marigot boisé et envahi de typhas australis] / 
  4. Crabe violoniste / 
  5. Crabe de palétuvier / 
  6. Callinecte bleue (carapaces...)
  7. Néphile du Sénégal (nephila senegalensis, ), trois toiles et trois juvéniles uniquement (cf. photos ci-dessous) /
Ci-dessous: 2011 09 23, trois toiles, trois néphiles juvéniles... / Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

23, une mousson poussive, des pluies bien chiches



Ci-dessus: 2011 09 23, gouttes de pluie dans la ripisylve inondable / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bas-delta du fleuve Sénégal et nord du Sénégal -

jeudi 22 septembre 2011

22, parmi les migrants de passage


Ci-dessus: 2011 09 22 soir, crabiers chevelus et coucher de soleil sur la passe de Thiolet / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -


NUIT 2011 09 21-22-
Après le traditionnel délestage de nos amis de l'inénarrable Sénélec, un orage frôle Bango vers l'ouest et l'océan: Bango, traces (0h55-1h05).
Pluies: Saint-Louis, 0,3 mm / Bango, traces / Podor, 7,4 mm / Louga, traces / Ranerou, 9,0 mm.

MATIN-
8h20, 1 perruche à collier (psittacula krameri, rose-ringed parakeet) en vol criard par-dessus le marigot [S>N vers mangroves de Thiolet].
SOIR-
18h30, 3 courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) en vol migratoire postnuptial N>S, par-dessus la cour avec, plus haut en altitude, 10 combattants variés (philomachus pugnax, ruff) suivis de 8 chevaliers aboyeurs (tringa nebularia, common greenshank) [au-dessus de Bango en vol N>S].
~40 martinets des maisons groupés chassent les nuées de moucherons ascensionnels...
18h40-19h20, avec Rozenn Le Roux:
Quelques crabiers chevelus (ardeola ralloides, squacco heron) en vol (cf. photo en haut) [vols NE>SO] / 6 dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck) [vol E>O] / 1 bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black crowned night heron) adulte au-dessus du marigot  [vol E>O, vers Roup ?] / 1 chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper) [vol mangroves de Thiolet>par-dessus Bango] / 4 bécasseaux sp. (calidris sp.) [marais de Lampsar 'doux'>fleuve Sénégal par-dessus baie et bolong de Khaye].
Les roussettes paillées (eidolon helvum, straw-coloured fruit bat) du crépuscule: première vue à 19h10.



mercredi 21 septembre 2011

20-21, les hérons cendrés du paléarctique arrivent

Ci-dessus: 2011 09 23. Héron cendré dans la plaine alluviale du fleuve Sénégal / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -


- 2011 09 20:
Fin APREM'-
Marigot et mangroves de Thiolet: 1 héron cendré (ardea cinerea) juché sur la vôute d'un bloc de palétuviers, très droit / 1 autre héron cendré (ardea cinerea) en vol N>S passe.
SOIR-
18h40, vol groupé de 14 hérons cendrés (ardea cinerea, grey heron) par-dessus le marigot, en migration postnuptiale N>S; puis, à 18h50, 3 autres in. (ardea cinerea) en déplacement N>S au-dessus du jardin, précédés par 1 afrotropical héron strié (butorides striata, green-backed heron) [en vol E>SO].
- 2011 09 21:
MATIN-
9h15, les 2 pygargues vocifères (haliaeetus vocifer) en place à la proue de leur bloc de palétuviers favori / 1 héron cendré (ardea cinerea, grey heron) en migration N>S / Dérangés, 2 chevaliers gambettes (tringa totanus, common redshank) et 4 vanneaux éperonnés (vanellus spinosus, spur-winged lapwing) décollent de la berge sud du marigot, aux confins du village et de la caserne / 4 mouettes à tête grise (larus cirrocephalus, grey-headed gull) + 1 sterne hansel (gelochelidon nilotica, gull-billed tern), toutes en plumage internuptial, passent [E>O].
10h15, 29 pélicans blancs (pelecanus onocrotalus, great white pelican) cerclent au-dessus de la 'kasbah' voisine; le pygargue (haliaeetus vocifer) juvénile, arrivant des mangroves, traverse le groupe pour continuer son vol vers le village. Peu après, ce sont 3 pygargues vocifères (haliaeetus vocifer, african fish eagle) qui planent dans le ciel du Lampsar.
Au pied des palétuviers rouges du marigot: 1 + 1 aigrettes garzettes (egretta garzeta, little egret).
10h40, jardin: 1 pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker) femelle tambourine dans le flamboyant avant de rejoindre brièvement les eucalyptus.
SOIR-
18h40, marigot: toujours quelques sternes naines (sterna albifrons, little tern) pêchant, pour une fois à proximité de 'ma' berge; 1 ind. se pose même sur le sable,  près de l'aigrette des récifs (egretta gularis, western reef egret) mais s'envole rapidement à l'approche d'un chat.
19h, 3 hérons cendrés (ardea cinerea, grey heron) en migration postnuptiale N>S, rejoint par 1 ind. qui s'envole des mangroves de Thiolet.
Dans le sens SO>NE/E comme tous les soirs, la passée des hérons pourprés (ardea purpurea, purple heron)...
19h20, ~50 dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck) passent en sifflant au-dessus de Keur Lampsar [mangroves de Roup>Ranch de Bango ?].

17-21, jouer avec les varans (du Djeuss)

Jeune varan du Nil sur les berges du Djeuss, au milieu des souvenirs abandonnés par la crue 
Bango 2011 09 17 midi / © Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango et marigot de Djeuss -


Ces dernières semaines, jusqu'à trois (3) varans du Nil (varanus niloticus, Nile monitor) ont fréquenté mon petit bout de berge en herbes. Deux d'entre eux, des juvéniles, ont visiblement décidé d'y élire domicile: je crois qu'ils ont creusé un abri sous une vieille pirogue mise sur cale, sur le coté du terre-plein que les grandes marées ou la crue annuelle ne noient pas. Comme leurs congénères, ces varans du Djeuss ne craignent pas les Hommes: ils sont intouchables, c'est à dire que les Bangotins sont indifférents à leur sort... On ne les mange pas, certes, mais on ne va pas pour autant se démener pour empêcher l'agonie d'un reptile dans les filets dormants ou abandonnés. Combien de fois n'ai-je confié à des fils de pêcheurs, moyennant un dédommagement, la mission de libérer les gros lézards totalement empêtrés dans les mailles accrochées aux racines des palétuviers ! Combien de fois n'ai-je senti ou vu, dans la plaine alluviale, d'autres varans en putréfaction, ligotés dans les nylons verts abandonnés in situ dès lors que ceux-ci sont trop usagés !
Les 17 et 21 août, une jeune chatte joue avec l'un des deux varans - tandis qu'un reptile adulte est en train de traverser le marigot dans sa largeur, de la déchetterie proche de la caserne aux bosquets de palétuviers: le félin veut jouer avec la queue du jeune saurien qui, du coup, la ramène le long des flancs; puis, blottie dans les herbes, la chatte laisse s'approcher le varan qui repère la chaleur du petit fauve du bout de la langue, à quelques centimètres des moustaches; c'est à ce moment que la chatte bondit pour s'écarter; une autre fois, elle surprend le lézard qui saute à l'eau (cf. photos ci-après) avant que d'en ressortir et d'épier l'insolente du coin de l’œil... Le 19, les deux varans juvéniles se poursuivent et font le tour complet de la pirogue sur cale, comme s'ils jouaient.

Ci-dessous: 
Jeune chatte et jeune varan sur la berge
2011 09 17 / © Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

mardi 20 septembre 2011

20, cinq pygargues et un balbuzard dans le ciel du Lampsar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -
Temps: Enfin la remontée des flux de mousson: cumulus, ceil azur, chaleur et retour de la moiteur...
Pluies: Louga, traces.

MIDI-
Excessivement lourd et chaud.
Entre 11h30 et 12h, 5 pygargues vocifères (haliaeetus vocifer, african fish eagle) cerclent au-dessus de Bango, se déportant très lentement vers la plaine alluviale: il s'agit de deux couples adultes et d'un juvénile de l'année.
1 chevalier gambette (tringa totanus, common greenshank) veut se poser sur 'ma' berge.
Baie de Lampsar-bolong de Khaye: nombreux martinets des maisons (apus affinis, little swift) et 1+ martinet des palmes (cypsiurus parvus, african palm swift) chassent les insectes ailés.

SOIR, 18h55-
Au crépuscule, 1 balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey) arrive de Thiolet au ras des palétuviers, faisant vociférer les deux pygargues (haliaeetus vocifer) qui y stationnent -  l'un d'eux s'envole. Le balbuzard rase les eaux du marigot et de ses serres arrache à la surface un poisson avant de faire demi-tour et repartir vers la mangrove.

lundi 19 septembre 2011

19, en attendant les passereaux du Paléarctique


Ci-dessus: 2011 09 19, à l'abreuvoir: capucin bec-d'argent et bulbul des jardins / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

MATIN-
On entend toujours le(s) coucou(s) didric.
Dans les eucalyptus: 1 crombec sitelle (sylvietta brachyura, northern crombec) juvénile présente pour le troisième jour consécutif, très active et bruyante.

MIDI et début APREM'-
13h25, les 2 varans du Nil (varanus niloticus, Nile monitor) juvéniles qui se sont installés sur ma berge s'amusent: je les vois se poursuivre en faisant le tour de la pirogue sur cales sèches sous laquelle ils ont établi leur gîte.
13h55, marigot: les 10 sternes naines, 1 sterne caspienne - et 1 chevalier guignette au ras de l'eau / 1 chevalier aboyeur en vol [mangroves de Thiolet>marais du Lampsar 'doux'].
14h05, 1 aigrette des récifs en vol NE>SO puis 1 coucou geai en vol N>S par-dessus le marigot dans sa plus grande largeur / 2 sternes hansel en plumage internuptial
APREM'-
A l'abreuvoir du baobab:
14h15, 3 capucins bec-d'argent / 5 serins à croupion blanc / 1 tisserin minule mâle / 3 bulbuls des jardins / 1 souïmanga à poitrine rouge mâle / Moineaux domestiques /
15h-16h, 4+ capucins bec-d'argent / 2+ bulbuls des jardins /  1 souïmanga à poitrine rouge mâle / 1 moineau domestique mâle / 1 moineau gris / 1 amarante du Sénégal femelle /
Et 1 taphien à ventre blanc accroché au tronc du terminalia proche.

Nota: en attendant le passage* et l'hivernage* des passereaux du Paléarctique qui affectionnent aussi les jardins sous les tropiques, les petits oiseaux résidents de l'Afrique sahélo-soudanienne occupent seuls les haies, les arbustes, les arbres du jardin: amarante du Sénégal, capucin bec-d'argent, souïmanga à poitrine rouge et à longue queue, moineau gris, moineau domestique, crombec sitelle, camaroptère à dos vert, serin à croupion blanc, tisserin minule, tisserin gendarme.

* Gobemouche noir, rousserolles sp., pouillot fitis,

* Fauvette grisette, fauvette à tête noire, parfois fauvette passerinette, pouillot véloce, pouillot ibérique, hypolaïs obscure

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.: moineau gris, capucin bec-d'argent, bulbul des jardins, capucin bec-d'argent et amarante du Sénégal femelle, moineau domestique mâle

/ Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

19, migration de circaètes italiens: suivi GPS an II

Migrations des rapaces - Progetto Biancone / Projet Circaète (Ugo Mellone pour le Parc naturel Gallipoli-Cognato, Italie, avec l'Observatoire de la Faune de la Région de Basilicate, Italie, et l'Université d'Alicante, Espagne), suivi satellitaire AN II*:

L'an passé (migrations automnale/aller et printanière/retour), deux jeunes circaètes Jean-Le-Blanc (circaetus gallicus, short-toed snake eagle, culebrera europea, biancone) originaires du sud de l'Italie avaient été équipés de balises Argos. Une première pour l'Italie, après l'Andalousie espagnole qui fait de même depuis 2008 avec ses 'mangeurs de serpents'. L'objectif était d'en connaitre plus sur leur migration Europe-Afrique subsaharienne dont on se doutait qu'elle était pour le moins originale. Nic et Biagio avaient vite démontré que nos grands chasseurs de serpents, peu sensibles à l'appel du large marin - à l'inverse de nos amis les balbuzards pêcheurs (pandion haliaetus) !- contournaient Mare Nostrum en remontant la botte italienne, virant à l'ouest par la Provence française, et descendant vers le sud par la Catalogne et les côtes méditerranéennes espagnoles avant de survoler au plus vite les 15 kilomètres du Détroit de Gibraltar pour aborder l'Afrique par le Maroc. Nic avait alors traversé le Sahara pour très vite finir plombé au Nigeria, tandis que Biagio avait longuement vagabondé dans le Trarza et l'Aftout-es-Saheli mauritaniens, le Ferlo puis le Mbacké Mbacké sénégalais: après cinq mois d'hivernage mauritano-sénégalais (au Sénégal du ~17/11/2010 au ~7/04/2011), Biagio était remonté rapidement plein nord, et sans encombre, pour trouver les côtes rifaines du Maroc*2 particulièrement attrayantes - et je le comprends volontiers...
Cette année*1, avec Ugo Mellone*2 (responsable du suivi GPS des circaètes), le parc naturel Gallipoli Cognato Piccole Dolomiti Lucane, l'Osservatorio faunistico della Regione Basilicate (Italie) et l'Université d'Alicante (Espagne) ont remis le couvert: Federico, Pilar et Crocco, trois circaètes de l'été natifs du sud italien ont été habillés de nouvelles balises ultra légères. A ce jour, Crocco est le seul à avoir entamé sa migration d'automne: et on vous le donne dans le mille ! à son tour, comme ses prédécesseurs il se dirige (d'abord) vers... le nord ! Le rapace est aujourd'hui à la latitude de Florence.

Ci-dessus: 2011 08, Plateau de Samance, Haute-Savoie, France; circaète Jean-Le-Blanc et vipère aspic au bec / Photo par Gérard Bacuez

Nota:

dimanche 18 septembre 2011

18, deuxièmes vagues de courlis, plus fournies


Ci-dessus: 2011 09 13 16h30 sur le Lampsar limoneux, courlis corlieu en migration postnuptiale / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

MIDI, 12h30-
10 sternes naines (sterna albifrons, little tern) pêchent comme d'habitude, descendant et remontant le marigot avec le vent / Les 2 hirondelles rustiques (hirundo rustica, barn swallow) juvéniles estivantes passent [>Lampsar 'doux'].
SOIR-
Sur la berge, le sable est enfin dégagé: le chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper) et 1 chevalier gambette (juvénile, tringa totanus, common redshank) courent ensemble et en tous sens pour saisir les innombrables insectes de 'la plage'. Un peu plus loin, l'aigrette des récifs (egretta gularis, western reef egret) pêche.

Après 18h30, nombreux cris de courlis corlieu entendus.
Observé: un vol de ~40 courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) en vol migratoire postnuptial au-dessus des mangroves de Thiolet [NE>SO] puis un vol de ~50 ind. par-dessus le marigot [N>S].
18h50, 3 courlis cendrés (numenius arquata, eurasian curlew) en migration postnuptiale au-dessus des mangroves de Thiolet [E>O]: deux mâles et une femelle.

Nota: les courlis corlieu sont, parmi les limicoles passant au-dessus du bas-delta du Sénégal, les migrateurs les plus audibles - pas toujours aisément visibles tant leurs sifflets emplissent le ciel et trompent la vision ! Depuis 2006, j'ai remarqué que s'ils sont souvent les premiers passants des migrateurs, dès la mi-juillet, les effectifs de chaque troupe en vol restent modestes de mi-juillet à mi-septembre, n'excédant que rarement la quarantaine d'individus par bande, en général de deux à quinze. Cependant, chaque année à partir du 15-20 septembre, j'observe que soudainement les troupes - beaucoup moins sifflantes !? dépassent souvent la cinquantaine voire la centaine d'individus par vol. Si les juillétistes et les aoûtiens ont l'air de faire halte dans la plaine alluviale, et peut-être hiverner pour nombre d'entre eux, les grands passages de la dernière quinzaine de septembre m'ont tout l'air d'être décidés à enjamber Sahara et Sahel pour descendre plus au sud, vers le Sine Saloum et au-delà.

19h, quelques dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata) et les hérons pourprés (ardea purpurea).
18 laridés non identifiés en vol S>N au loin [fleuve Sénégal].
1 chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper) passe au ras des eucalyptus du jardin [vol N>S mangroves>intérieur de Bango].

2-18, le taphien à ventre blanc est revenu dans le jardin


Ci-dessus: 2011 09 13 aprem', taphien à ventre blanc sous le auvent de Keur Lampsar / Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

1 taphien à ventre blanc (taphozus mauritianus, mauritian tom bat), une chauve-souris abondante dans les environs, est revenu à Keur Lampsar, après plusieurs mois d'absence du jardin; un probable dérangement a fait s'envoler d'une maison proche une ribambelle de microchiroptères (pipistrelles, taphiens, nyctères), en plein jour ! Chaque matin, du 2 au 17 septembre - à l'exception d'une ou trois fois-, le taphien était au rendez-vous dès que j'ouvrais la porte du salon: celle-ci avait trouvé refuge sous le auvent, accrochée la tête en bas au poteau de soutainement de la toiture; à deux mètres d'un nid de moineaux domestiques (passer domesticus, house sparrow), beaucoup moins offusqués qu'avec les chats qui maraudent ou s'assoupissent sous leurs perchoirs... Et aux premières loges pour observer de haut les entrées et sorties de la maisonnée, y compris ses chiens et les chats ! Ce 18 septembre, le taphien a retrouvé le tronc de son terminalia préféré de la saison sèche passée, 'l'arbre à étages'. Ce soir, après quelques séances de grattage des flancs à l'aide d'une patte arrière (confiant la suspension à la seule autre patte !) et celui du museau à l'aide d'un éperon de l'aile, le taphien s'est envolé pour sa nuit chasseresse peu après 19h15. Bonne nuit !

Voir aussi les notules:

Ci-dessous: 2011 01, taphien à ventre blanc et séance de grattage dans un terminalia de Keur Lampsar
/ Photo par John Wright pour Wrightswanderings et Ornithondar


Nombre total de pages vues