" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

samedi 27 février 2010

27, une effraie pas effrayée


* Plaines de Thiolene... quelque part...-
MATIN, vers 11h-
Dans la plaine alluviale, le long d'une des digues de protection, dans l'un des derniers vestiges de ripisylve aux arbres encore debout, au dessus d'un marais forestier riche en faune, une chouette effraie (tyto alba ssp. affinis, barn owl) passe d'un arbre à l'autre, sans trop de panique. Cette chouette strictement nocturne est de la sous-espèce afrotropicale affinis (chamois blanc et doré), moins blanche que sa cousine ssp. alba de l'Ecosse à l'Aïr nigérien. Je l'entends -la même ?- souvent chasser par dessus le Lampsar et même au dessus du quartier, voire dans mon jardin où elle s'est récemment posée dans le flamboyant ou... sur la pirogue de Seyni, à l'amarre en bord de rivage, devant la maison...

Ci-contre: (chouette) effraie de ssp. affinis, dérangée en milieu de journée et réfugiée dans un 'faux flamboyant' d'une ripisylve... pas encore dévastée...
/ 2010 02 25, courtesy photo par François Marmeys, droits réservés

A lire, une chouette étude sur le régime alimentaire de l'effraie, au parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD): http://www.zfmk.de/BZB/B49_H1_4/B49H1412.PDF

Nota: moins de rapaces nocturnes dans le delta proprement dit qu'en savane boisée, bien qu'on y trouve en abondance batraciens et petits rongeurs qui font leur régal noctambule. On peut cependant y rencontrer, fortuitement, outre l'effraie - la plus commune, bien plus souvent entendue qu'observée-, quatre autres espèces: le hibou des marais (vastes étendues plus ou moins humides et herbeuses des plaines alluviales) et le petit-duc scops (milieux ouverts buissonnants et légèrement boisés), hivernants peu fréquents venus du nord; et deux résidentes afrotropicales, le petit-duc à face blanche et le grand-duc de Verreaux (même habitat que l'effraie: ripisylves et prairies boisées), en limite septentrionale de leur aire biogéographique. On rajoutera à la liste un occasionnel possible: le hibou du Cap, espèce très localisée, présente au Maroc (en particulier autour de Merdja Zerga, la lagune de Moulay Bousselham), sur le cours du fleuve Gambie, à la confluence du Sénégal et de la Falémé, et dans le delta intérieur du fleuve Niger, au Mali.
____________________________________________________________________

27, remontée de choucadors sur les confins maures


* Plaines alluviales du fleuve Sénégal -
MATIN-
En une demi-heure, 70 choucadors à oreilons bleus (lamprotornis chalybaeus, greater blue-eared starling) remontent du sud-est par dessus les marais et la plaine alluviale, en direction de la Mauritanie. Vols par petits groupes, certains faisant brève halte sur les acacias bordant les digues, en chantant; un de ces groupes (5 ind.) y est rejoint par 7 choucadors à ventre roux (lamprotornis pulcher, chestnut-bellied starling), également en déplacement SE>NO, fort précoce, avant que trois vanneaux éperonnés, passant à proximité en criant, ne les en délogent tous*. Aucune explication à donner à ce déplacement d'espèces afrotropicales autrefois très communes dans la région, un peu moins depuis les grandes sécheresses des années 70 et 80, et en tout cas plus visibles dès les prémices des vents sudistes de la mousson.
* Une troisième espèce de 'merle métallique' se rencontre dans le delta, dans les villages et vergers tout particulièrement ombragés de nîîms dont ils raffolent des fruits: le choucador à longue queue (lamprotornis caudatus, long-tailed glossy starling). 6 à 8 de ces beaux oiseaux bavards fréquentent à l'année mon quartier bangotin.
____________________________________________________________________

27, plaines: un carrefour boisé pour les oiseaux


* Plaines de Thiolene, autour du carrefour des deux digues -
MATIN, 8h-13h-
Avec François Marmeys, stagiaire 'spatules' au PNOD. A pied.

OISEAUX / 82 espèces vues,
1 espèce non identifiée, 2 espèces entendues
MAMMIFERES / 2 espèces vues
REPTILES / 1 espèce vue


Ci-contre: 2010 02 27 matin; guêpier nain dans les roselières nord du Lampsar 'eau douce'
/ Courtesy photo par François Marmeys, DR










Ci-dessus, de g. à d.: crabier chevelu sur les bords du bolong de Khaye - coucal du Sénégal traversant la piste de la digue de Bango - Chouette effraie de la sous-espèce afrotropicale affinis, dans un 'faux flamboyant jaune'
/ 2010 02 27, courtesy photos par François Marmeys, droits réservés

Vu:
Cormoran africain (phalacrocorax africanus, long-tailed cormorant) dont 7 [sur arbruste baie de Lampsar-bolong de Khaye] et ~5 [vers les marais proches des rizières de Mboubeune] / Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white-breasted cormorant), 8 + 11 + 8 + 4 en vol [marais de Lampsar 'doux' SE>NO] / Pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican), 5 [tournoyant au dessus des rizières de Mboubeune] + 1 [volant au dessus des mangroves de Thiolene] / Héron cendré (ardea cinerea ssp. cinerea, grey heron), dont 6 ensemble [près du 'campement saisonnier des pêcheurs'] / Héron pourpré (ardea purpurea, purple heron), 1 + 1 + 1 en vol / Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron), quelques / Aigrette (dimorphe) des récifs (egretta gularis, western reef egret), 2 en vol / Héron gardeboeuf (bubulcus ibis, cattle egret) / Aigrette garzette (egretta garzetta, little egret), dont un groupe de 11+ avec grandes aigrettes [marais suivant prise d'eau du Lampsar peu avant les rizières] / Aigrette intermédiaire (egretta intermedia, intermediate egret), 1 en vol / Grande aigrette (egretta alba ssp. melanorhynchos, great egret), 1 + 5+ [marais suivant prise d'eau du Lampsar peu avant les rizières] / Spatule d'Europe (platalea leucorodia ssp. leucorodia, european spoonbill), 1 solitaire en vol [au dessus des marais de Lampsar 'doux'] / Dendrocygne veuf (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), plusieurs vols au dessus du Lampsar / Balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), 1 au loin, le 'mien' [vers la baie de Lampsar-bolong de Khaye] / Milan parasite (à bec jaune, milvus migrans ssp. parasitus, (african) yellow-billed kite), dont 1 avec brindilles au bec [rechargement d'aire] / Milan noir (milvus migrans ssp. migrans, black kite], 1 / Busard des roseaux (circus aeruginosus, eurasian marsh harrier), au moins 2, dont 1 mâle adulte, bien observé [au dessus des marais puis typhaie bordant le Lampsar bangotin 'eau douce'] / Busard cendré (circus pygargus, montagu's harrier), au moins 1 / Faucon crécerelle (falco tinnunculus, common kestrel), 1 [entre digue de Mboubeune et digue de Taba Tache] / Râle à bec jaune (marouette noire, amaurornis flavirostra, black crake), entendus et au moins 3 vus, dont 1 au milieu des détritus et déchets plastiques [digue de Bango coté 'lavandières'...], et caquètements [typhaie de Bango et ripisylve de digue de Mboubeune] / Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis, purple swamphen), 1 en vol [entre roselière et Lampsar peu avant les rizières de Mboubeune] / Echasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt) / Glaréole à collier (glareola pratincola, collared pratincole), 2+ en vol avec des hirondelles de rivage [plaine et digue de Mboubeune] / Bécassine des marais (gallinago gallinago, common snipe), 1 à l'envol [marais au pied de digue de Mboubeune] / Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing) / Grand gravelot (charadrius hiaticula, common ringed plover), 2+ [marais d'ancienne décharge] / Courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel), 1 [marais saumâtre en plaine du 'camp de pêcheurs'] / Combattant varié (philomachus pugnax, ruff), quelques [marais d'ancienne décharge] / Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), commun, dont 3 en vol ensemble / Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), commun / Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), 1 [marais d'ancienne décharge] / Chevalier gambette (tringa totanus, common redshank) / Chevalier aboyeur (tringa nebularia, common greenshank) / Chevalier arlequin (tringa erythropus, spotted redshank), 1 [marais d'ancienne décharge] / Goéland brun (larus fuscus, lesser black-backed gull) / Mouette à tête grise (larus cirrocephalus, grey-headed gull) / Sterne caspienne (sterna caspia, caspian tern), 1 [remontant le bolong de Khaye] / Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove) / Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove), 2 / Tourterelle masquée (oena capensis, namaqua dove) / Tourtelette d'Abyssinie (à bec noir, turtur abyssinicus, black-billed wood dove), 1 / Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, senegal coucal), 2 + 1 + 1 sur chemin de digue (cf. photo ci-dessus au centre) + 1 / Chouette effraie (tyto alba ssp. affinis, barn owl), 1 / Martinet des maisons (apus affinis, little swift), ~20 avec 2 guêpiers de Perse / Coliou huppé (à nuque bleue, 'oiseau-souris', urocolius macrourus, blue-naped mousebird), 4+ / Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata, malachite kingfisher), 5 dont 1 mangeant un minuscule poisson / Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher) / Martin-chasseur à tête grise (halcyon leucocephala, grey-headed hingfisher), 1, cris d'alerte puis entraperçu [ripisylve digue de Mboubeune] / Guêpier nain (merops pusillus ssp. pusillus, little bee-eater), 2 couples (dont photos ci-dessus et ci-après) / Guêpier de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater), 2 + 5 en vol planant, chantant / Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 2 en dispute + 1 au moins + cris / Pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker), 2 jeunes mâles adultes ensemble à soulever les écorces des acacias ['croisement' des digues en sous-bois] / Cochevis huppé (galerida cristata ssp. senegallensis, crested lark) / Hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin) / Hirondelle rustique (hirundo rustica, barn swallow) / Pipit sp. (anthus sp.), 4 en vol E>O [au dessus de terrain sec salinisé vers 'camp des pêcheurs'] / Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail) / Bergeronnette printanière (motacilla flava ssp. flava, yellow wagtail) / Traquet motteux (oenanthe oenanthe, northern wheatear), dont 1 adulte mâle de la ssp. maghrébine seebohmi, en plumage quasi nuptial [digue de Mboubeune] / Tarier pâtre d'Afrique (saxicola torquatus ssp. moptanus, african stonechat), dont 1 adulte mâle [marais de digue de Boubeune] / Tarier des prés (saxicola rubetra, whinchat), 1 internuptial [digue de Mboubeune] / Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus, sedge warbler), plusieurs [toujours au ras des eaux: amas de branchages et taillis de roseaux en sous-bois traversé par un cours d'eau, au pied de la digue de Mboubeune] / Rousserolle effarvatte (acrocephalus scirpaceus, european reed warbler), 1+ [idem] / Fauvette grisette (sylvia communis, common whitethroat) / Fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler) / Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), toujours en très grand nombre, dont 2 sur cadavre de dendrocygne veuf (cf. rapport de 2010 02 25) / Crombec sitelle (sylvietta brachyura, northern crombec), 1 [dans arbuste en terrain plutôt sec, mais pas loin des herbiers et marais] / Camaroptère à dos gris (camaroptera brachyura ssp. brevicaudata, grey-backed camaroptera), 1 ['croisement' des digues en sous-bois] / Prinia aquatique (prinia fluviatilis, river prinia) / Prinia modeste (prinia subflava, tawny-flanked prinia) / Cisticole des joncs (cisticola juncidis, zitting cisticola) / Cisticole roussâtre (cisticola galactotes, winding cisticola) / Souïmanga à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird), dont 1 mâle en mue prénuptiale [jardin digue de Bango] / Pie-grièche à tête rousse (lanius senator, woodchat shrike), plusieurs, dont 1 mâle adulte de ssp. senator bien observé (cf. photo ci-après), et 1 à coté d'1 rollier d'Abyssinie / Gonolek de Barbarie (laniarius barbarus, yellow-crowned gonolek), 1 chanteur ['croisement' des digues en sous-bois] / Choucador à oreillons bleus (lamprotornis chalybaeus, greater blue-eared starling), plusieurs vols SE>NO, dont 1 + 16 + 14 + 2 + 4 + 3 + 6 + 14 + 15 + 5 / Choucador à ventre roux (lamprotornis pulcher, chestnut-bellied starling), 7 arrivant du SO rejoignent un groupe de 5 choucadors à oreillons bleus se reposant dans un acacia [tous dérangés par le passage de 3 vanneaux éperonnés, continuent leur route NO vers les confins subsahariens] / Moineau doré (passer luteus, sudan golden sparrow), nombreux vols avec mâles nuptiaux / Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. melanocephalus, black-headed weaver) / Astrild-caille à face noire (à lunettes, ortygospiza atricollis, black-faced african quailfinch), plusieurs par petits groupes dont un de 8 [herbiers entre digues et typhaies] / Bengali zébré (sporaeginthus subflavus, zebra waxbill) [idem mais moins inféodé aux prairies enherbées] / Amarante commun (du Sénégal, lagonosticta senegala, red-billed firefinch), un couple /

Ci-dessous, de g. à d.: rollier d'Abyssinie, jeune adulte - pic goertan, mâle subadulte - pie-grièche à tête rousse adulte mâle ssp. senator
/ 2010 02 27, courtesy photos par François Marmeys, droits réservés
 







Ci-contre, de g à d.: martin-pêcheur huppé sur un jonc - guêpiers nains dans les typhas
/ 2010 02 27, courtesy photos par François Marmeys, droits réservés





Non identifié avec certitude: Aigle botté, phase sombre (hieraeetus pennatus, dark morph) ?
Entendu: Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer) / Calao à bec rouge (tockus erythrorhynchus ssp. kempi) /

Patas 'singe rouge' (cercopithecus patas, patas monkey), 1 solitaire peu farouche (vieux mâle ? Malade ? Blessé ?), trainant de part et d'autre de la piste, vers le campement saisonnier des pêcheurs [seconde fois en deux semaines]
Rat roussard du Nil (arvicanthis niloticus, african unstriped grass rat), 1
Crottins de viverridae (probable civette d'Afrique, civettictis civetta, african civet)

Varan du Nil (varanus niloticus, nile monitor, cf. photo ci-dessous à d.), dont 1 sautant d'une branche dans l'eau
Périophtalme dit 'sauteur de vase' atlantique
Cadavres désséchés de crabes sp.
Libellules sp. (cf. photo ci-dessous à g.)

Ci-dessous, de g. à d.: libellule sp. - varan du Nil
/ 2010 02 27, courtesy photos par François Marmeys, droits réservés








jeudi 25 février 2010

25, 28 hérons pourprés à la passée, E>SO


* Plaines alluviales et marais de Thiolene-Lampsar -

SOIR et CRÉPUSCULE-
En l'espace de trente minutes, ce soir, à partir de 19h15 presque au crépuscule, 'passée' de 28 hérons pourprés (ardea purpurea, purple heron, cf. rapport de sortie suivant) au dessus des marais, typhaies et herbiers à tamarix du Lampsar coté 'eau douce', seuls ou par petits groupes (maximum de 5 ensemble), accompagnés à distance par des hérons cendrés puis des bihoreaux gris. Tous suivent une même route, venant de l'est, de la confluence des rivières Lampsar-Ngalam-Djeuss, en direction du sud-ouest deltaïque, saumâtre - vers les mangroves de Roup ?
_____________________________________________________________________

25, 34 espèces dans une décharge sauvage... dans le marais !




* Digue de Bango, ancienne décharge sauvage -SOIR, 16h45-19h45-
Avec François Marmeys, stagiaire 'spatules' au PNOD. A pied.

OISEAUX / 60 espèces vues dont 34 sp. 'cochées' à l'ancienne décharge, et 2 sp. entendues
MAMMIFERES / ~2 espèces 'cochées'
REPTILES / 1 espèce 'cochée'
AUTRES / 2 espèces vues

Ci-contre: phragmite des joncs dans une vieille décharge inondée
/ 2010 02 25 , courtesy photo par François Marmeys, droits réservés












Ci-dessus, de g. à d.: chevalier aboyeur - Chevalier stagnatile - Bergeronnette ibérique
/ 2010 02 25 soir, courtesy photos par François Marmeys, droits réservés

Vu:

Marais de l'ancienne décharge abandonnée:

  1. Cormoran africain (phalacrocorax africanus, long-tailed cormorant), 2 ind.
  2. Héron cendré (ardea cinerea ssp. cinerea, grey heron), 1 ind. 
  3. Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron
  4. Aigrette garzette (egretta garzetta, little egret), 3 ind. 
  5. Héron gardeboeuf (bubulcus ibis, cattle egret)  
  6. Faucon à cou roux (falco chicquera, red-necked falcon), 1 adulte surgit dans une splendide lumière et rase les oiseaux de la décharge à deux reprises avant de poursuivre son vol
  7. Râle à bec jaune (marouette noire, amaurornis flavirostra, black crake), 2 + 1 ind. [jardin à l'entrée de la piste-digue] 
  8. Echasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt), 18 à 20 ind.
  9. Bécassine des marais (gallinago gallinago, common snipe), 3 ind. au gagnage + 3 ind. hors décharge 
  10. Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), ~50 ind.
  11. Grand gravelot (charadrius hiaticula, common ringed plover), 3+ ind.
  12. Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), plusieurs ind.
  13. Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), plusieurs ind. dont 1 blessé à l'aile gauche [long de digue hors décharge] / 
  14. Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), 1+ ind.
  15. Chevalier gambette (tringa totanus, common redshank), 2 ind. 
  16. Chevalier aboyeur (tringa nebularia, common greenshank), 1+ + 1 ind. à l'envol 
  17. Chevalier stagnatile (tringa stagnatilis, marsh sandpiper), 1 ind.
  18. Combattant varié (philomachus pugnax, ruff), plusieurs ind. 
  19. Tourterelle masquée (oena capensis, namaqua dove), 2 + 1 ind. [jardin de digue bangotine] 
  20. Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, senegal coucal), 2+ + 2 en bord de typhaie / 
  21. Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata, malachite kingfisher), 2 + 1 ind. hors décharge [herbiers] 
  22. Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher)
  23. Guêpier nain (merops pusillus ssp. pusillus, little bee-eater), dont 4 ind. dans jardin fruitier [riverain de la digue bangotine] / 
  24. Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 1 ind. [sur la lisière de tamarix senegalensis] / 
  25. Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail
  26. Bergeronnette printanière (motacilla flava, yellow wagtail), dont plusieurs ind. au bain et toilettage, nombreuses dans prairies à tamarix
  27. Bergeronnette ibérique (motacilla iberiae, spanish wagtail), au moins 1 ind. (cf. photo ci-dessus à d.
  28. Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus, sedge warbler
  29. Fauvette grisette (sylvia communis, common whitethroat), 1 ind. 
  30. Fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler)  
  31. Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), dont 2 ind. au bain !  
  32. Prinia modeste (prinia subflava, tawny-flanked prinia)
  33. Piqueboeuf buphage à bec jaune (buphagus africanus, yellow-billed oxpecker
  34. Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. melanocephalus, black-headed weaver
Alentour:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican), 3 ind. par dessus la 'décharge' [N>S] 
  • Pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican), 3 ind. dont ind. avec mouettes à tête grise [>Lampsar 'doux']
  • Héron pourpré (ardea purpurea, purple heron), tous en vol E>SO, 5 ind. avec un héron cendré + 3 + 1 + 1 + 1 + 2 + 2 ind. juste au dessus + 2 + 2 + 2 + 2 + 3 ind. à coté de 5 bihoreaux + 2 ind. avec 3 bihoreaux
  • Bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron), 8 ind.
  • Aigrette (dimorphe) des récifs (egretta gularis, western reff egret), 2 ind.
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), dont 18 et 32 ind. [Ranch de Bango>Lampsar saumâtre] 
  • Milan parasite (à bec jaune, milvus migrans parasitus, yellow-billed kite
  • Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis, purple swamphen), 1 seul ind. à l'envol [au dessus des typhaies du Lampsar doux] 
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis, senegal thick-knee, 2 ind. dont un ind. sur le chemin [digue]
  • Bécassine sourde (lymnocryptes minimus, jack snipe), 1 ind. au décollage à 19h15  
  • Goéland brun (larus fuscus, lesser black-backed gull)
  • Mouette à tête grise (larus cirrocephalus, grey-headed gull)
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guinea, speckled pigeon), passage 
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove
  • Engoulevent à longue queue (caprimulgus climacurus, long-tailed nightjar), 2+ ind. 
  • Martinet des maisons (apus affinis, little swift
  • Hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin
  • Hirondelle rustique (hirundo rustica, barn swallow)
  • Cisticole des joncs (cisticola juncidis, zitting cisticola
  • Cisticole roussâtre (cisticola galactotes, winding cisticola
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius senator, woodchat shrike), 1 ind. 
  • Gonolek de Barbarie (laniarius barbarus, yellow-crowned gonolek)
  • Choucador à longue queue (lamprotornis caudatus, long-tailed glossy starling), 2+ ind.
  • Moineau doré (passer luteus, sudan golden sparrow
  • Amarante commun (du Sénégal, lagonosticta senegala, red-billed firefinch

Entendu : Flamant rose (phoenicopterus roseus) / Rousserolle sp. (acrocephalus sp.)
Cadavres de: 1 dendrocygne veuf (dendrocygna viduata) et 1 canard à bosse (sarkidiornis melanotos) (cf. rapport suivant)



Empreinte de: civette d'Afrique (civettictis civetta, cf. photo ci-contre)
Microchiroptères, 2 sp.


Ci-contre: empreinte de civette (griffes non rétractiles)
/ 2010 02 25 soir, courtesy photo par François Marmeys, DR


Varan du Nil, 1 (varanus niloticus, nile monitor, cf. photo ci-dessous à d.)
Périophtalme atlantique (dit 'sauteur de vase', periophtalmus modestus), plusieurs (cf. photo ci-dessous au centre) [bassin de vanne]
Callinecte bleue (crabe bleu, callinecte sapidus, blue crab), plusieurs ind. (cf. photo ci-dessous à g.)

Ci-dessous, de g. à d.: Callinecte sp. sous l'eau d'une vanne - Périophtalmes atlantiques sur la vase d'une bouche de vanne - varan du Nil dans une décharge abandonnée
/ 2010 02 25 soir, courtesy photos par François Marmeys, droits réservés







PNOD: des Bretons baguent des phragmites... polonaises et ukrainiennes au... Sénégal !

* Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD) -
_____________________________________________________________________

mardi 23 février 2010

PNOD: la 'station biologique du Djoudj', ça ???!


* Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD). La station biologique -


































____________________________________________________________________

PNOD:...et l'écomusée, ça fait pousser des ailes ?


* Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD) -





















____________________________________________________________________

samedi 20 février 2010

De Bango à Dakar, trafic séné-gaulois de phacos

* Bango et... environs immédiats -

Il me revient qu'un européen à 4x4 écume les brousses de Thiolet et autres Ndoubelane (berges nord du Lampsar, une réserve cynégétique amodiée, en théorie réglementée !) et y abat des phacochères (phacochoerus africanus, warthog), sans s'acquiter des taxes d'abattage en usage, en cheville avec le(s) propriétaires(s) des rizières de Mboubeune (près desquelles le photographe français Alain Fournier et moi-même avions découvert ce trophée macabre, à peine caché sous des tamarix, cf. photo ci-contre) et le(s ?) fils d'un notable grabataire, très versé(s ?) dans tous les petits business qui rapportent (bois et charbon clandestins, vente illégale de terrains, monopolisation abusive des charrettes Setom, dépotoirs aussi illégaux qu'insultants à toute intelligence humaine, même basique, etc.)

Ci-dessus: 2009 02 10. Tête de phaco, près des rizières de Mboubeune, Lampsar 'eau douce' / Photo par Frédéric Bacuez, DR

Les animaux abattus -de nuit; il m'est arrivé d'entendre en effet ces coups de feu- sont décapités sur les lieux mêmes du guet-apens nocturne, souvent camouflés puis acheminés par quelque(s) manoeuvre(s) complice(s) vers le village de Bango, dépecés et préparés en viande 'religieusement acceptable' (non identifiable comme 'viande de brousse' et/ou 'porcine', hirrrr...: hallal ?) pour être vendue à des 'consommateurs au dessus de tout soupçon', souvent montés de la capitale... en véhicules 'tricolores' très bleus ou 'administratifs'... Les concessionnaires de chasse (et gestionnaires ?) de la zone sont-ils au courant de ce braconnage bien-placé ? Ou font-ils semblant de ne rien voir, ne rien savoir, afin de ne pas se fâcher avec les uns et/ou les autres ?

Nota: il est bien désolant que ces zones de chasse amodiées ne soient pas (mieux ?) surveillées: il suffit d'y sortir un peu pour vite se rendre compte que le pillage et/ou le saccage de leurs (maigres) ressources animales et végétales y prospèrent au grand jour... Il fut un temps, pas si lointain, où les phacochères venaient même boire et prendre un bain de boue directement au seuil de Bango, sur les rives de la petite baie de Lampsar-bolong de Khaye. Sans compter ceux qui arpentaient la forêt d'acacias et même la caserne qui s'y trouve... Dans une région qui ne consomme pas de viande porcine, il faudra qu'on m'explique pourquoi ces suidés 'intouchables' se font vite plus rares, depuis quelques années... En tout cas, dans les plaines alluviales, ils sont de moins en moins fréquents, d'année en année: les traces et autres crottins en attestent...  Et quand on les voit, on ne peut pas dire qu'ils n'aient pas peur; bizarre, tout de même, pour des animaux seulement consommables par les Chrétiens du cru (un restau officiel à Saint-Louis; un 'maquis' casamançais officieux à Bango) et les quelques gachettes saisonnières venues d'Europe chez deux ou trois concessionnaires cynégétiques du coin... Vous ne trouvez-pas ?

vendredi 19 février 2010

19, coté maure, le Diawling s'évapore, comme d'hab'...


* Mauritanie. Parc national du Diawling (PND) -
Quelques observations par François Marmeys, estimations:
Pélican blanc, 2000 / Pélican gris, quelques / Flamant rose, 80 / Flamant nain, 20 / Spatule d'Europe, 350 [presque toutes sur un seul site] / Spatule d'Afrique, ~40 / Cigogne noire, 1  / Tantale ibis, ~40 / Ibis sacré, 10 / Ibis falcinelle, 6 / Crabier chevelu, 8 / Aigrettes sp., 200 / Aigrette ardoisée, 8 / Avocette élégante, plusieurs au loin  / Oedicnème du Sénégal, ~15 / Dendrocygne veuf, 1250 / Oie-armée de Gambie, 200- / Ouette d'Egypte, 30 / Canard à bosse, 60+ / Canard souchet, 40 / Sarcelle d'été, ~40  / Balbuzard pêcheur, 1+ / Busard des roseaux, 3 à 4 / Sterne caspienne, 20 / Râle à bec jaune, 1 /
____________________________________________________________________

jeudi 18 février 2010

17-18, Matam: un forum pour les lamantins


* Matam -

Ci-contre: 2006 04 1, sauvetage d'un lamantin au marigot de Wendou Kanel à sec, région de Matam
/ Photo par Djibril Sy, DR 

On se souvient que 5 lamantins ouest africains avaient péri (1 en 2008, 3 en novembre 2009), accidentellement écrasés contre les grilles du nouveau barrage construit sur le Nawel, affluent du fleuve Sénégal. Ces 17 et 18 février à Matam, l'ong Wetlands International Afrique a organisé une rencontre forum avec les "acteurs" concernés par l'usage des marigots qui abritent encore le mammifère en voie de disparition. Dans le cadre de la phase II du 'Programme de conservation du lamantin ouest africain', ces deux jours de palabres auront été probablement fort utiles. Dès lors on attend avec impatience l'implication effective de l'Office de Mise en Valeur du (fleuve) Sénégal (OMVS) et de son allié technique la SAED, mère de l'ouvrage fort contestable sur le Nawel, pour aménager leur 'piège' afin de permettre non seulement aux lamantins mais aussi aux poissons de migrer entre fleuve et marigots. Un fait naturel multi séculaire qui visiblement n'avait pas été expliqué aux ingénieurs -ou, plus vraisemblablement, pas été entendu par nos décideurs omniscients...



lundi 15 février 2010

15, un rollier d'Europe


* Plaines alluviales du fleuve sénégal, digue n°2 -

15, ripisylves: une profusion de pouillots


* Plaines alluviales du fleuve Sénégal et digues de protection -

15, de l'huîtrier à la rhynchée, ballade à la fraiche...


* Lampsar et fleuve Sénégal, par le campement des pêcheurs -

Plaine alluviale, digues n°2 et n°1 -
Guide accompagnateur de André Groshans. En pirogue motorisée (avec panne...) et à pied.
MATIN, 7h30-14h-

OISEAUX / 78 espèces vues, 2 entendues
MAMMIFERES / 1 espèce vue

Vu:
Grand cormoran à poitrine blanche / Cormoran africain / Pélican gris / Pélican blanc / Héron cendré / Héron pourpré, 1 / Bihoreau gris / Crabier chevelu / Aigrette (dimorphe) des récifs / Héron gardeboeuf / Aigrette garzette / Aigrette intermédiaire / Grande aigrette / Dendrocygne veuf, ~450 / Pygargue vocifère, 1 en vol cerclant [au dessus du fleuve, haut] / Balbuzard pêcheur, dont 1 avec long silure dans les serres / Milan noir, 2 [au repos sur palétuvier de mangrove de Thiolene, coté fleuve] / Milan parasite (à bec jaune) / Busard des roseaux / Busard cendré / Jacana à poitrine dorée, 1 juvénile / Huîtrier-pie, 2 / Echasse blanche / Rhynchée peinte, 2 / Bécassine des marais, 2+ / Vanneau éperonné / Vanneau (caronculé) du Sénégal, 1 / Tournepierre à collier, 1 / Grand gravelot / Petit gravelot, 1 / Gravelot à collier interrompu, 1 / Courlis corlieu / Chevalier culblanc / Combattant varié / Chevalier guignette / Chevalier arlequin, 1 / Chevalier aboyeur / Goéland brun / Goéland railleur / Mouette à tête grise / Sterne pierregarin, 1+ / Sterne royale, 2 / Sterne caspienne / Sterne caugek / Pigeon roussard (de Guinée) / Tourterelle pleureuse / Tourterelle masquée / Tourtelette d'Abyssinie, 1 en vol au loin / Coucal du Sénégal, 3 / Engoulevent à longue queue, 2 / Martin-pêcheur huppé, 4 / Alcyon pie / Guêpier nain, 1 / Rollier d'Abyssinie / Rollier d'Europe, 1 / Calao à bec rouge, 1 / Calao à bec noir, 7+ immatures, ensemble dans palétuviers rouge et blancs [mangroves du fleuve Sénégal] / Cochevis huppé / Hirondelle de rivage / Hirondelle rustique / Bergeronnette grise / Bergeronnette printanière / Rougequeue à front blanc, 1 / Traquet motteux, 1 mâle et 1 femelle en parade prénuptiale / Phragmite des joncs / Rousserolle effarvatte, 1 / Fauvette grisette, 1 / Fauvette passerinette / Pouillot véloce, en très grand nombre / Cisticole des joncs / Pie-grièche à tête rousse / Gonolek de Barbarie, 1 [jardin de digue 1 à l'entrée de Bango] / Moineau doré / Travailleur à bec rouge / Tisserin à tête noire / Astrild-caille à face noire, 3+ / Amarante du Sénégal, 1 mâle [ripisylve dugue n°2, à coté d'1 engoulevent] / Capucin bec d'argent, 3+ /
Entendu: Prinia modeste / Pririt du Sénégal
Plumes de tourterelle pleureuse au pied d'un arbre, probablement victime d'un carnivore nocturne (genette ou chacal doré)

Patas 'singe rouge', 1 adulte (mâle) solitaire [longe l'orée arborée de la grande plaine alluviale; tantôt marche tantôt court]
Traces et crottins de patas, crottin de vivéridé sp. (mangouste ichneumon ?)

Quelques ocypodes (dont carapaces sèches en plaine) et 1 périophtalme atlantique
____________________________________________________________________

jeudi 11 février 2010

11, aparté: 'mon fils' Inno expose à Ouaga, 2/3


* Ouagadougou, Burkina Faso. Hangar 11, Ouidi -

11 février, Nelson Mandela day, 20e anniversaire de sa libération...


'Mon grand garçon' Innocent dit Inno expose, enfin seul, une fois de plus à Ouagadougou (Burkina Faso)*, au Hangar 11* (page dédiée: http://hangaronze.com/Innocent%20Ouedraogo.htm) de l'ami Pierre Garel*, à partir de ce soir 18h30 TU jusqu'au 28 février inclus.
" Mon travail est vain, inutile et utile à la fois, compulsif comme l'art; je rêve d'être belle, beau, efféminé, féminin et lourd comme un fétiche futile, toujours en quête d'émotion et d'échange, entre l'objet dit de récupération et l'idée de sa création au choix de sa réincarnation, en objet d'art dérisoire. Mon travail, c'est aussi la rencontre du fétiche, gardien et garant de la tradition, et de la bouteille de whisky. Il y a de ces lieux souvent à l'écart en bas ou en hauteur des grandes villes appelés affectueusement bidonvilles; c'est de ce monde laissé à la merci des bandits religieux que je viens; chez moi là-bas, faire de la récup' est juste une question de survie; et finir artiste ou toxico, pire encore charlatan, c'est, comme on dit: 'cela va de soi'... " - INNO

Ci-dessus: afiche en sérigraphie de l'expo d'Inno , par Inno et l'atelier Hangar 11 de Pierre Garel, Ouagadougou

* 'Installations et peintures', par Inno; Hangar 11, Ouidi-Kolognaaba, Ouagadougou, du 11 au 28 février 2010
Et ce samedi 13 février, sur le plateau télé de la chaine privée burkinabè Canal 3
* Hangar 11 (H11), http://www.hangaronze.com/

Lire aussi, un article du quotidien d'Etat du Faso, Sidwaya, en date du 18 février 2010: 'Hommage aux savants bricoleurs des bidonvilles', à http://www.sidwaya.bf/spip.php?article2472&lang=fr
Repris par des communautés de blogues africains sur over-blog.com (BLOGUEURS AFRICAINS), dont: http://burkinafaso.over-blog.net/article-exposition-d-art-plastique-a-ouagadougou-hommage-aux-savants-bricoleurs-des-bidonvilles-45050247.html
+ un merci du 'papa' à Thibault Germain pour avoir signalé sur ses blogues l'expo du 'fiston': http://www.thibaultgermain.com/ et http://thige.blogspot.com













Ci-dessus, de g. à d., à l'occasion de la Fête des Arts de Ouagadougou de novembre 2009, expo d'Inno au cabaret de madame Pascaline (2009 11 11) puis au Baratapas (2009 11 16-28), Ouagadougou, Burkina Faso [cf. aparté de 2009 11 18]:
- Nénuphar bangotin, 2009, 60 x 60
- Zéro foi l'homme, 2009, 135 x 70
- Bling bling société, 2009, 82 x 42
- 2009 11. Inno s'installe dans la cour de la doloterie de madame Pascaline, à Ouidi (Ouagadougou, Burkina Faso)
_____________________________________________________________________

11, cigogne(s) noire(s) vagabonde(s)... Vers le Ndiaël ?


* De Thiolet à Ngallele via Bango -

- 2010 02 11:
MATIN, 11h10-

Venant des rives du fleuve Sénégal, 1 cigogne noire (ciconia nigra, black stork, cf. ci-contre) survole Bango en direction de Ngallele, N>SE puis E, assez haut. La cigogne vient des confins de Taba Ahmetou où elle a passé l'automne et une partie de l'hiver, avec une douzaine de ses congénères (arrivées le 30 septembre 2009, cf. notule). Avant de remonter vers l'Europe (péninsule ibérique surtout), les cigognes noires ont tendance, dans le delta, à vagabonder des abords du fleuve vers les dépressions intérieures plus tranquilles (Trois Marigots-Ndiaël-Djoudj, lac de Guiers), dès l'assèchement des plaines alluviales alors soumises à de trop fréquents dérangements.


* Réserve de faune du Ndiaël -

- 2010 01 26:

MIDI-
François Marmeys et Idrissa N'Diaye (cf. photo ci-dessous à d., du parc national des oiseaux du Djoudj, PNOD) font une courte incursion dans la réserve de faune du Ndiaël, qui s'étend actuellement sur 46 550 hectares à l'est de Ross Bethio. En milieu de journée, ils peuvent observer, notamment, 13 cigognes noires (ciconia nigra, black stork, cf. ci-contre et photos ci-après) et 1 courvite isabelle (cursorius cursor, cream-coloured courser).

Ci-dessous: dépression de la réserve de faune du Ndiaël, cigognes noires observées par Idrissa N'Diaye (PNOD) / 2010 01 26 midi, courtesy photos par François Marmeys, droits réservés











Le Ndiaël revient de loin...
La vaste dépression sans relief, patchwork infini de sables salins et d'herbes rases, ponctuée de cuvettes aussi peu profondes que chotts et sebkhas sahariens, fut longtemps, à l'écart des Hommes, plus 'sauvage' que son célèbre voisin du Djoudj. Dans les années 70 du dernier siècle, on pouvait encore, en hiver, y dénombrer les sarcelles d'hiver (anas querquedula, garganey) par dizaines de milliers, ainsi que 200 000 combattants variés (philomachus pugnax, ruff) et 5 000 flamants roses (phoenicopterus ruber, greater flamingo).


Un sanctuaire ornithologique sacrifié...
Dès les années 60 pourtant, suite aux travaux de remblaiement et de captage des eaux du fleuve Sénégal, via l'omnipotente OMVS et ses affidés techniques -sénégalais-, et au détournement des eaux alluviales vers les casiers rizicoles puis vers les gourmandes exploitations 'étrangères' d'exportateurs de tomates et de fabricants de sucre -français-, le Ndiaël s'assèche précocement dès la fin des pluies, offrant des paysages en cours de désertification rapide. L'invasion des dépressions par le bétail ne fait qu'accélérer le processus de dégradation du site. Classé en réserve de faune/d'avifaune en 1965 sur 52 567 hectares initiaux, sans zonage défini, sans zone tampon ni aire centrale de protection stricte -hormis un classement 'sur papier' de 10 000 hectares Ramsar, le Ndiaël est inscrit dès 1977 sur la Liste de Montreux des sites Ramsar les plus menacés au monde. A partir de 1993, sous la pression bourse déliée des Ong internationales, le Sénégal accepte de remettre progressivement en eau une partie de la dépression - via les eaux de drainage de la SAED et, dans une moindre mesure, par le surplus du marigot de Niety Yone connecté au lac de Guiers, encouragé par le Conseil International de la Chasse (CIC-OMPO, France) qui voit d'un très mauvais oeil que 'ses' canards d'Europe souffrent partout au Sahel d'une détérioration rapide de leurs sites d'hivernage.
En avril 2009, une subvention de 16 millions 548 mille francs CFA est allouée par le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) dans le cadre du projet COMPACT (Gestion communautaire pour la conservation des aires protégées), dans le but de poursuivre la réhabilitation du réseau hydrographique du Ndiaël, ouf... Un énième saupoudrage qui a toutes les chances de s'ensabler ou de se disperser en séminaires, ateliers de formation et autres cérémonies de restitution de rapport répétitif*2... Le classement du Ndiaël en 'Réserve de Biosphère' par l'Unesco, "noyau central" d'une virtuelle 'Réserve de Biosphère Transfrontalière' (RBT) -avec la Mauritanie, ne changent pas grand chose à la donne: le Ndiaël n'est protégé, pour l'essentiel, que par des engagements très oniriques, de mielleux voeux pieux, ou de solutions bien périphériques (cf. fiche du 'Projet Biodiversité Mauritanie Sénégal'*1) !...

* Lire: Kane A., Mbaye I, Triplet P. (responsable de l'exemplaire réserve française du Marquenterre, en baie de Somme): 'Restauration d'une zone humide Ramsar: espoirs et difficultés de la remise en eau du Ndiaël et des Trois Marigots, delta du fleuve Sénégal' (2002)

Une lente résurrection...
Heureusement, la nature a des capacités de régénération encore sous-estimées. Après avoir perdu 46 % de son couvert végétal entre 1984 et 2003, essentiellement des arbres dont certaines espèces totalement éradiquées, mais aussi deux espèces du tapis herbacé pourtant moins atteint, on a noté avec surprise, ces dernières années, la réapparition de quatre espèces de graminées - à moins qu'elles n'aient échappé, jusqu'alors, aux rarissimes et incomplets inventaires de la biodiversité du site... Depuis une douzaine d'années néanmoins, le Ndiaël redevient (localement, très localement) attractif (mais guère au delà de fin janvier) pour quelques ardéidés et laridés (jusqu'à 5 000 sternes hansel, gelochelidon nilotica, le 23 11 2002; 200 goélands railleurs, larus genei), les limicoles (dont le gravelot à collier interrompu, charadrius alexandrinus: 1410 en 1994 - plutôt en basses eaux) et certains anatidés (outre les dendrocygnes veufs, dendrocygna viduata, des sarcelles d'été, anas querquedula: jusqu'à 32 000 en 1998; et le retour des canards pilets, anas acuta: jusqu'à 7 860 en 1996 - plutôt en hautes eaux). Bon an mal an, le nombre d'oiseaux d'eau y excède maintenant les 20 000 individus. On y aperçoit régulièrement des pélicans blancs, des ibis falcinelles, de grandes aigrettes, des spatules d'Europe, des flamants roses; des barges à queue noire, limosa limosa: une exceptionnelle concentration de 10 935 barges a été enregistrée en 1993, même si les effectifs de ce limicole pour l'ensemble du delta sénégalais avoisine en moyenne les 3 à 5 000 oiseaux hivernants; et toujours des combattants variés, philomachus pugnax, utilisant souvent le Ndiaël comme dortoir: par exemple, 75 000 en 1993, et 134 000 en 1997 !

Cigognes et grues...
Mais ce sont les regroupements spectaculaires de grands échassiers, hivernants et résident, qui font du Ndiaël un indispensable maillon entre Djoudj et estuaire du Sénégal. Cigognes (tantale ibis afrotropical; cigognes blanches et cigognes noires du paléarctique) et grues couronnées (afrotropicale) y stationnent régulièrement: en février 2006, 170 grues couronnées noires, balearica pavonina ssp. pavonina (sur les 250 vues le même jour dans la région), sont dénombrées au Ndiaël. Deux jours plus tard, 117 cigognes noires, ciconia nigra, y sont observées en vol cerclant (une moyenne de 5 à 20 de ces échassiers y stationnent en général, entre octobre et mars). Quant aux cigognes blanches, ciconia ciconia, quasi inconnues des franges côtières du delta, plus de 300 d'entre elles survolent le site, le 7 janvier 2002; et un groupe exceptionnel de 550 est observé sur un lac saisonnier, le 4 décembre 2003 !

Des oiseaux quasi sahariens...
Le Ndiaël est un excellent spot pour observer quelques raretés à cette latitude. Après les grandes sécheresses de 1973-1974 et 1984-1985, puis avec l'assèchement de la dépression par les 'aménageurs' du delta, des espèces traditionnellement inféodées aux biotopes désertiques du Sahara et de son immédiat pourtour ont fait leur apparition ou augmenté en nombre dans les steppes du Ndiaël. C'est particulièrement vrai pour les alouettes, dont le sirli du désert, alaemon alaudipes, depuis au moins 1999; et l'alouette du Kordofan, mirafra cordofanica, observée dans le sud du Ndiaël en 2004 12 (4 individus) et 2006 02 (1 individu). La moinelette à front blanc, eremopterix nigriceps, y cotoie maintenant sa cousine à oreillons blancs, eremopterix leucotis. Quant au courvite isabelle, cursorius cursor, il s'y rencontre désormais plus facilement que le soudano-sahélien courvite de Temminck, cursorius temmincki, moins déserticole.

Des mammifères relictuels
Au Ndiaël, la grande faune est depuis longtemps éteinte, avant les années 50 du siècle dernier. Si le cobe redunca y a un jour même déjà existé il n'y est plus depuis des plomb(e)s, mais quelques gazelles à front roux, gazella rufifrons ssp. rufifrons, y subsistent laborieusement (remontant de la vallée fossile du Ferlo), comme au Djoudj, en sus des phacochères, phacochoerus africanus, des chacals dorés, canis aureus, des renards blonds des sables, vulpes pallida, et autres bandes de patas, communs dans tout le nord sénégalais. Quelques vivéridés (mangoustes sp. et genettes; peut-être civettes) et mustélidés (zorille commune, ictonyx striatus; peu probablement le ratel) s'y font discrets. Les pythons, et quelques crocodiles du Nil de retour, y seraient présents, localement, c'est à voir... Le fait le plus spectaculaire reste le contact à plusieurs reprises depuis le début de ce siècle avec une/des hyène(s) tachetée(s), crocuta crocuta, auparavant rencontrée pour la dernière fois en... 1952. Une hyène a d'ailleurs attaqué un troupeau de bovins et mortellement blessé un veau, il y a tout juste un an (cf. notule de 2009 01 18, http://ornithondar.blogspot.com/2010/02/18-une-hyene-tachetee-dans-le-ndiael.html): en l'état actuel de la sécurisation du Ndiaël, je lui/leur donne peu cher de sa/leur peau, à elle/elles aussi...
Sources: BirdLife international et African Bird Club

Nombre total de pages vues